Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme

Européennes 2024 : Focus sur la liste ASSELINEAU-FREXIT

Vétéran de la complosphère, François Asselineau rechausse les crampons pour les élections européennes. Au programme : crise sanitaire, immigration et poutinophilie.

François Asselineau (montage CW).

Début mai, sur le plateau de BFM TV, François Asselineau veut croire en sa bonne étoile. « Honnêtement, je pense que nous pouvons dépasser les 5 % et avoir nos premiers députés » confie le leader de l'Union populaire républicaine (UPR), avant d'assurer, l'œil malicieux : « Les vrais sondages – vous savez qu'il y a des sondages un peu secrets […] qui sont faits par des ministères de souveraineté –, nous donnent en ce moment entre 3,5 et 4 ». En 2019, sa liste « Ensemble pour le Frexit » n'avait pourtant récolté qu'1,17 % des suffrages.

L'énarque, passé par le cabinet de Charles Pasqua, est un habitué des sorties complotistes. D'après ses dires, Jean Monnet − le père de l'Europe − aurait été « un agent traitant » de la CIA, son concurrent Raphaël Glucksmann serait un « agent américain » et l'organisation terroriste Daesh, une entité créée par Hillary Clinton et Barack Obama.

Sans surprise, il a, depuis la crise sanitaire, investi la scène des influenceurs covido-sceptiques et droitisé son discours. Le programme de la liste « Asselineau Frexit, pour le pouvoir d’achat et pour la paix » propose ainsi de « clarifier et porter devant la justice le contrat de 41 milliards d’euros entre la Présidente de la commission européenne et le PDG de Pfizer ». On y déplore également « l'immigration de masse planifiée par l'UE » (sic) qui « ne peut conduire qu’à la chute de notre niveau de vie et à la destruction de notre identité et de notre unité nationale ». Une rhétorique étonnante de la part de quelqu'un qui, en 2017 encore, affirmait que le « Grand Remplacement » était une « théorie d'extrême droite ».

En matière de politique internationale, rien de très original : la liste souverainiste de François Asselineau s'oppose, comme celle de Florian Philippot, « au financement d'une guerre folle contre la Russie ».

Un tropisme géopolitique pro-russe incarné par le général Henri Roure, troisième colistier et déjà candidat en 2019 sur la liste de Nicolas Dupont-Aignan. Présenté sur la chaîne YouTube de l'UPR (452 k abonnés) comme « officier-général issu des troupes de Marine », « Saint-Cyrien » et « breveté de l'Ecole Supérieure de Guerre », le gradé est un contributeur de la revue Méthode, une publication pilotée depuis le Donbass. Par le passé, il a également été le premier adjoint de Jean Castex à la mairie de Prades (Pyrénées-Orientales).

François Asselineau et Henri Roure (capture d'écran YouTube).

En avril 2021, Henri Roure signe, avec 15 autres généraux, une tribune adressée à l’ensemble des groupes parlementaires intitulée « Pour une stratégie globale contre l'islamisme et l'éclatement de la France ». En mars 2024, il s'est également rendu dans les locaux du « Dialogue Franco-Russe », une association de lobbying pro-Kremlin co-fondée par l'eurodéputé RN Thierry Mariani. Il y explique que « la guerre en Ukraine n'a pas commencé en 2022 » mais plutôt « en 2014 avec les manigances de la CIA ». Quelques semaines plus tard, sur le plateau de TV Libertés, une web-TV d'extrême droite, il prétend que « la Crimée [territoire ukrainien occupé par la Russie depuis 2014 − ndlr] a toujours été russe ».

Ses outrances et surtout ses mises en examen par la justice début 2021 pour « harcèlement moral », « harcèlement sexuel » et « agressions sexuelles » ont achevé de faire le vide autour du président de l'UPR. Si un ancien responsable national de l'UPR s'est recasé au sein du média en ligne Blast, l'essayiste souverainiste Charles-Henri Gallois a quant à lui quitté le navire UPR en 2020. Il a annoncé son soutien à la liste Philippot pour les élections européennes du 9 juin.

Dimanche dernier, François Asselineau annonçait sur les réseaux sociaux que la « collecte » lancée pour financer sa campagne européenne a franchi plus de 82 % de l'objectif recherché, soit la coquette somme d'1,16 million d'euros. Suffisant pour lui donner enfin sa chance ?

Cet article est en accès libre.
Pour qu’il le reste, Conspiracy Watch a besoin de vous.
Je suis d'accord, je fais un don
je continue ma lecture
François Asselineau (montage CW).

Début mai, sur le plateau de BFM TV, François Asselineau veut croire en sa bonne étoile. « Honnêtement, je pense que nous pouvons dépasser les 5 % et avoir nos premiers députés » confie le leader de l'Union populaire républicaine (UPR), avant d'assurer, l'œil malicieux : « Les vrais sondages – vous savez qu'il y a des sondages un peu secrets […] qui sont faits par des ministères de souveraineté –, nous donnent en ce moment entre 3,5 et 4 ». En 2019, sa liste « Ensemble pour le Frexit » n'avait pourtant récolté qu'1,17 % des suffrages.

L'énarque, passé par le cabinet de Charles Pasqua, est un habitué des sorties complotistes. D'après ses dires, Jean Monnet − le père de l'Europe − aurait été « un agent traitant » de la CIA, son concurrent Raphaël Glucksmann serait un « agent américain » et l'organisation terroriste Daesh, une entité créée par Hillary Clinton et Barack Obama.

Sans surprise, il a, depuis la crise sanitaire, investi la scène des influenceurs covido-sceptiques et droitisé son discours. Le programme de la liste « Asselineau Frexit, pour le pouvoir d’achat et pour la paix » propose ainsi de « clarifier et porter devant la justice le contrat de 41 milliards d’euros entre la Présidente de la commission européenne et le PDG de Pfizer ». On y déplore également « l'immigration de masse planifiée par l'UE » (sic) qui « ne peut conduire qu’à la chute de notre niveau de vie et à la destruction de notre identité et de notre unité nationale ». Une rhétorique étonnante de la part de quelqu'un qui, en 2017 encore, affirmait que le « Grand Remplacement » était une « théorie d'extrême droite ».

En matière de politique internationale, rien de très original : la liste souverainiste de François Asselineau s'oppose, comme celle de Florian Philippot, « au financement d'une guerre folle contre la Russie ».

Un tropisme géopolitique pro-russe incarné par le général Henri Roure, troisième colistier et déjà candidat en 2019 sur la liste de Nicolas Dupont-Aignan. Présenté sur la chaîne YouTube de l'UPR (452 k abonnés) comme « officier-général issu des troupes de Marine », « Saint-Cyrien » et « breveté de l'Ecole Supérieure de Guerre », le gradé est un contributeur de la revue Méthode, une publication pilotée depuis le Donbass. Par le passé, il a également été le premier adjoint de Jean Castex à la mairie de Prades (Pyrénées-Orientales).

François Asselineau et Henri Roure (capture d'écran YouTube).

En avril 2021, Henri Roure signe, avec 15 autres généraux, une tribune adressée à l’ensemble des groupes parlementaires intitulée « Pour une stratégie globale contre l'islamisme et l'éclatement de la France ». En mars 2024, il s'est également rendu dans les locaux du « Dialogue Franco-Russe », une association de lobbying pro-Kremlin co-fondée par l'eurodéputé RN Thierry Mariani. Il y explique que « la guerre en Ukraine n'a pas commencé en 2022 » mais plutôt « en 2014 avec les manigances de la CIA ». Quelques semaines plus tard, sur le plateau de TV Libertés, une web-TV d'extrême droite, il prétend que « la Crimée [territoire ukrainien occupé par la Russie depuis 2014 − ndlr] a toujours été russe ».

Ses outrances et surtout ses mises en examen par la justice début 2021 pour « harcèlement moral », « harcèlement sexuel » et « agressions sexuelles » ont achevé de faire le vide autour du président de l'UPR. Si un ancien responsable national de l'UPR s'est recasé au sein du média en ligne Blast, l'essayiste souverainiste Charles-Henri Gallois a quant à lui quitté le navire UPR en 2020. Il a annoncé son soutien à la liste Philippot pour les élections européennes du 9 juin.

Dimanche dernier, François Asselineau annonçait sur les réseaux sociaux que la « collecte » lancée pour financer sa campagne européenne a franchi plus de 82 % de l'objectif recherché, soit la coquette somme d'1,16 million d'euros. Suffisant pour lui donner enfin sa chance ?

Depuis seize ans, Conspiracy Watch contribue à sensibiliser aux dangers du complotisme en assurant un travail d’information et de veille critique sans équivalent. Pour pérenniser nos activités, le soutien de nos lecteurs est indispensable.  

Faire un don !
à propos de l'auteur
[show_profile_image]
Partager :
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
© 2007-2024 Conspiracy Watch | Une réalisation de l'Observatoire du conspirationnisme (association loi de 1901) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
cross