Une manifestation conspirationniste a eu lieu à Bruxelles le 11 septembre dernier à l’initiative de la « plate-forme » United for Truth, soutenue par le Réseau Voltaire, ReOpen911, le Comité pour l’annulation de la dette du Tiers-Monde (CADTM) et les altermondialistes d’ATTAC-Bruxelles. United for Truth n’a pas tardé à mettre en ligne une vidéo (voir plus bas) dont on se demande vraiment s’il faut en rire ou en pleurer.

Une voix off commence par nous dire que la manifestation est soutenue par « plusieurs personnalités internationales telles que David Ray Griffin, Giuletto Chiesa ou encore Pierre Galand » (sic). Du lourd donc (!).

Sans transition commence une savoureuse interview de Jean-Luc Guilmot et Jean-Pierre Petit.

Jean-Luc Guilmot semble gérer le site vigli.org. Ingénieur agronome spécialisé dans la pollution électromagnétique, il a connu son quart d’heure de célébrité en étant cité dans un récent article du journal belge LeVif.be sur l’effondrement du bâtiment 7 du World Trade Center.

Artiste peintre à ses heures, Jean-Pierre Petit se présente comme un « ancien directeur de recherches au CNRS ». Cet astrophysicien à la retraite s’intéresse de près aux ovnis et… au 11-Septembre. Visiblement très soucieux d’être pris au sérieux, il insiste plusieurs fois sur son statut de scientifique-à-qui-on-ne-la-fait-pas :

Les délires de Jean-Pierre Petit
« Moi je suis au départ ingénieur de l’aéronautique, ce qui fait que lorsqu’il y a eu la frappe des avions détournés sur les différentes cibles, en particulier sur le Pentagone, j’ai trouvé étonnant qu’un Boeing de cette taille-là arrive à passer par une fenêtre comme un trou de souris (…). Cette histoire-là moi ça ma interpellé en tant qu’ingénieur de l’aéronautique. J’ai quand même fait ces études solides et un avion qui percute avec son plein de carburant une façade comme ça, le carburant rebondit, ça crame la pelouse… alors cette pelouse intacte après un truc comme ça, c’est pas possible. (…) Tout ça c’était complètement absurde. Donc j’ai commencé à réfléchir un petit peu à ça (…). Moi je suis donc dans ce milieu scientifique, hein. Les scientifiques sont quand même des gens qui ont des outils intellectuels pour réfléchir sur toutes ces choses là, y compris des ingénieurs, y compris des ingénieurs de l’aéronautique ».

Puis, devant un Jean-Luc Guilmot manifestement approbateur, acquiescant plusieurs fois par des hochements de tête, Jean-Pierre Petit fait une proposition pour le moins insolite :

« Moi j’avais toujours dit la chose suivante : si on voulait, par exemple pour cette histoire de Pentagone, tirer les choses au clair, voilà une chose simple à faire : on reconstruit une partie du Pentagone – mais avec simplement du béton, c’est pas la peine de mettre les ordinateurs et le téléphone ou quoi que ce soit, simplement les murs. On prend un vieux 767 d’occasion, qui vaut pas grand-chose. Au lieu de mettre des corps humains, on met des cochons à l’intérieur, peu importe. Ensuite on lui met son plein de carburant. On le guide là-dessus avec un faisceau hertzien, auquel cas il arrivera au centimètre près. On le fait percuter, comme il est dit dans la thèse officielle, et si franchement il arrive à rentrer par un trou de 3 mètres (sic) en repliant ses ailes et en ne brûlant pas le gazon devant, je dirai : ‘’Formidable ! La thèse officielle ça tient debout’’. Voilà ».

Jean-Pierre Petit n’en est pas à sa première élucubration. Il a été le premier en France à relayer la théorie du complot sur le tsunami du 26 décembre 2004, attribuant le déclenchement du raz-de-marée aux Etats-Unis.