Jérôme Quirant : « Quelques gouttes d’eau dans un océan »
Jérôme Quirant est spécialisé dans le calcul de structures. Maître de conférences, il travaille dans un laboratoire de mécanique et génie civil à Montpellier. Il est le fondateur du site bastison.net.

Conspiracy Watch : Qu’est-ce qui vous a poussé à ouvrir un site internet consacré à la théorie du complot sur le 11-Septembre (Attentats du 9/11 : Mythes et Légendes) ? Quelle a été votre motivation de départ ?

Jérôme Quirant : Ce site a vu le jour suite à des prises de bec dans des forums de discussion, celui d’Arrêt sur Images notamment. J’y dénonçais les approximations très contestables de beaucoup de « truthers » et notamment les leaders Richard Gage et Steven E. Jones. C’est alors que je me suis pris une volée de bois vert… Tout y est passé : « incompétence », « sionisme », « intelligence avec la CIA », etc.

Rien de très reluisant ni d’étonnant de la part de certains. Mais d’autres étaient plus ouverts au dialogue et c’est pour cela que j’ai décidé de me lancer dans l’aventure du site internet.

C. W. : Quelles ont été les premières réactions à la mise en ligne de votre site ?

J. Q. : Après avoir fait le site, les choses se sont améliorées, mais guère plus… Parmi les personnes avec qui j’ai pu dialoguer par mail ou sur les forums, j’ai pu distinguer deux types :

– celles qui essayent de comprendre, posent des questions et lisent les réponses…
– et toutes les autres, qui se fichent complètement de ce que vous pouvez leur répondre. Telles des culbutos, elles reviennent à la charge avec une nouvelle histoire à dormir debout alors qu’on vient de leur montrer que la précédente était bancale.

Les témoignages de sympathie ont été aussi très nombreux. Ce sont autant d’encouragements à poursuivre le travail, même si le site est presque finalisé.

C. W. : De nombreuses personnes réclament une réouverture de l’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001. Qu’en pensez-vous ?

J. Q. : C’est un élément que je trouve assez paradoxal : les « truthers » réclament sur tous les forums, et depuis des années, la réouverture de l’enquête, mais lorsque quelqu’un leur donne un avis indépendant et circonstancié qui ne va pas dans leur sens, beaucoup le discréditent… Je ne veux pas faire d’amalgame, mais dans le lot, une majorité est assez figée sur ses positions et rien n’y changera.

Le problème est le suivant : si réouverture il y a, qui va-t-on prendre pour cette nouvelle enquête ? Il faudra sûrement des spécialistes en calcul de structures et résistance des matériaux ?… Mais de telles personnes, on peut aller les trouver facilement… pas besoin d’une enquête ! Pourquoi les forumeurs qui pérorent pendant des heures et des heures sur le net à disséquer des vidéos de mauvaise qualité et des images parfois bidonnées, ne prennent-ils pas deux heures pour aller discuter avec elles ? Ils auraient ainsi la réponse à la plupart des questions qu’ils disent vouloir poser.

C. W. : Vous voulez dire qu’ils n’ont pas fait cette démarche ?

J. Q. : A lire le forum de ReOpen, on ne dirait pas. Mais au moins l’un d’entre eux a essayé : il a contacté toute mon équipe de recherche, sauf moi ! Du coup, alors que j’avais fait tout ce travail chez moi tranquillement, sans en parler à personne, tout le monde a été au courant. Je ne vous cache pas que ça a été l’occasion de moments de détente lors de pauses café. Car ne croyez pas que les scientifiques français se taisent par peur, indifférence, soumission ou tout autre fadaise. D’abord, la plupart ne sont pas au courant : mes collègues ont découvert toute l’histoire à cette occasion. Ensuite, ils ne veulent surtout pas être importunés par quelques uns qui, si on ne va pas dans leur sens, vous traitent de « sioniste », d’« idiot » ou de « vendu » ! Je tiens un florilège de mails à disposition…

Cela dit, si quelqu’un vient dialoguer poliment je suis persuadé qu’il n’y aura aucun problème et que mes confrères seront heureux d’apporter leur expérience au débat. Le tout est de se déplacer et d’éviter les longs mails comme on peut en lire sur les forums avec 35 liens sur les vidéos de YouTube… Moi-même, j’ai toujours répondu aux mails que j’ai reçus s’ils étaient constructifs.

C. W. : Comment voyez-vous les choses évoluer ?

J. Q. : Mon site est une base. Je prends bien sûr toutes les précautions oratoires dans ce que j’avance pour que l’ensemble soit digne de confiance sur le plan scientifique. D’ailleurs les attaques portées sur mon site concernent essentiellement la forme et non le fond. Mais il est vrai que ces quelques pages sont des gouttes d’eau dans un océan…

Je ne sais pas si on pourra s’éviter un débat au niveau national. En tout cas, il faudrait que d’autres spécialistes du génie civil français prennent position pour dire s’il y a besoin ou non de tout remettre à plat. Personnellement je ne le crois pas : il faut savoir que des chercheurs de tous bords (et au dessus de tout soupçon !) travaillent encore sur le sujet. Ils écrivent des articles, le dossier n’est donc pas clos. Le problème, c’est que ces papiers ne sont pas accessibles au grand public sans une explication de texte : trop techniques et bourrés de calculs ou d’équations. C’est peut-être sur cet aspect pédagogique qu’il faudra mettre l’accent dans l’avenir pour éviter de lire toujours plus de n’importe quoi sur le net. C’est aussi l’un des objectifs que je me suis fixé en créant bastison.net.