Pourquoi les théories du complot autour de la mort de Kennedy ne résistent pas à l’analyse.

Cinquante ans après l’assassinat du président John Fitzgerald Kennedy, 59% des Américains continuent de penser qu’il fut le résultat d’une conspiration. J’ai longtemps fait partie du lot. Au début des années 1970, tout fraîchement sorti du lycée et entrant à la fac, j’avais lu L’Amérique fait appel de Mark Lane, Les Assassins de Kennedy de Richard Popkin, Forgive My Grief de Penn Jones et d’autres livres, tous des best-sellers, qui évoquaient une sombre machination.

Et puis, un beau jour, j’ai eu la curiosité de regarder les notes de bas de page de ces livres, dont la plupart m’ont aguillé vers les volumes des auditions de la commission Warren. Ce fut un vrai choc.

J’ai réalisé que les auteurs de ces livres avaient sorti les dépositions des témoins oculaires de leur contexte, les avaient distordues à tel point qu’on peinait à les reconnaître et, dans certains cas, qu’ils avaient choisi de ne citer que des passages qui confortaient leurs théories tout en ignorant superbement les témoignages qui les mettaient à mal. Ce fut là mon premier contact avec la malhonnêteté intellectuelle. (…)

Lire la suite sur Slate.fr.

Voir aussi :
* Quelques sites pour comprendre l’affaire JFK