LU SUR LE WEB : Des analyses en apparence très approfondies estiment que son récent décret sur l’immigration constitue «un ballon d’essai pour un coup d’État». Et si c’était surestimer son sens de la stratégie ?

Une partie des soutiens de Donald Trump n’a pas chômé en matière de théories complotistes pendant la campagne présidentielle. Entre celle sur le lieu de naissance de Barack Obama, entretenue par Trump lui-même pendant des années, celle sur la santé d’Hillary Clinton ou celle faisant état de meurtres commandités par la candidate démocrate, il y avait de quoi faire. Sans oublier bien sûr le «Pizzagate», qui voudrait que différents membres hauts placés de la campagne d’Hillary Clinton fassent partie d’un réseau pédophile ayant pour QG une pizzeria de Washington. En décembre, un homme armé d’un fusil d’assaut avait même fait irruption dans la pizzeria pour vérifier de lui-même si ce qu’il lisait sur internet était avéré, avant d’être arrêté par la police.

Mais la droite américaine ne semble pas la seule à propager des théories complotistes. La gauche succombe elle aussi à cette tentation après tout juste deux semaines de présidence Trump. On ne parle pas des innombrables théories sur la Russie responsable de tous les maux, mais de celles qui voudraient que les événements de ces derniers jours, notamment le décret interdisant d’entrée sur le territoire américain des citoyens de plusieurs pays à majorité musulmane, constituent en réalité un «ballon d’essai» pour un coup d’État organisé par Trump et ses proches. (…)

Lire la suite sur Slate.fr.

Voir aussi :
* Why More Democrats Are Now Embracing Conspiracy Theories (The New York Times, 15 février 2017)