Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel











Dernières notes



La Bibliothèque
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel





11-Septembre : François Asselineau a décidément un problème avec les faits
Pour le candidat de l’UPR, la « version officielle » des attentats de 2001 est une « théorie du complot »…

Président de l’Union populaire républicaine (UPR), François Asselineau est presque systématiquement renvoyé par les médias qui l’interviewent à son penchant pour les théories du complot. Et pour cause : de tous les candidats à l’élection présidentielle, le chantre du Frexit est aussi celui qui exalte le plus cette vieille passion française qu’est l’antiaméricanisme paranoïaque.

Il serait donc tout à fait étonnant que François Asselineau n'ait rien à dire sur les attentats du 11 septembre 2001, événement qui a suscité l’apparition d’un des mythes complotistes les plus répandus au monde au point qu’un sondage daté du mois de septembre 2016 révélait que 28% des Français accréditeraient l’idée que le gouvernement américain fut, d’une manière ou d’une autre, impliqué dans les attaques.

Or, sur les réseaux sociaux, les sympathisants de l'UPR semblent convaincus que leur champion ne s'est jamais exprimé sur le sujet. A l’image de ce tweeto, @rmusic47, qui reproche à l’essayiste Caroline Fourest d’avoir simplement rappelé, lors d’une émission politique sur BFM TV, que le leader de l’UPR contestait « la version officielle du 11-Septembre » :

« Asselineau conteste la thèse officielle du 11 septembre j'aurais tout entendu. trop drôle. »

... ou de ce militant UPR qui croit savoir qu’« Asselineau n'a jamais diffusé des thèses concernant le 11 septembre ».

Autre exemple, ce tweeto manifestement proche de l’UPR et relayé par plusieurs comptes engagées en faveur d’Asselineau :

« Asselineau n a jamais évoqué le 11 septembre que je sache !? »

Citons encore @roxchup, autre compte pro-Asselineau, qui invite ses followers à mieux s'informer :

« IL n'a jamais parlé du 11 septembre, renseignez-vous avant de dire la moindre bêtise :) »

… ou @da_zezinha, qui spécule sur une possible confusion avec Jacques Cheminade :

« #Asselineau n'a jamais évoqué le 11 septembre. Vous confondez avec J Cheminade »

Interviewé par Audrey Crespo-Mara le 24 mars dernier sur LCI, François Asselineau est à l’unisson de ses militants :

« Je n’ai pas pris de position sur le 11-Septembre, je n’ai jamais évoqué ce sujet. Je n’ai pas à me prononcer sur cette question ».

Mais le candidat du Frexit semble décidément fâché avec les faits car ce qu’il affirme là est tout simplement faux.

Pour preuve, cet extrait vidéo de la conférence publique intitulée « L’Europe, c’est la guerre » donnée par François Asselineau à Valence (Drôme), le 23 novembre 2013 (écouter à partir de 11'35'') :


L'Europe c'est la guerre [ 2 ] par Radiopariman

« Vous savez qu’on ne prend pas position sur le 11-Septembre », explique Asselineau, rappelant un point de doctrine détaillé sur le site de l’UPR sous le titre « Pourquoi l’UPR ne prend-elle position ni sur les sujets sociétaux ni sur les "théories du complot" ? », un texte qui défend une forme d’agnosticisme à l’égard du complotisme.

« Mais enfin, poursuit le conférencier, la théorie officielle est une théorie du complot. C’est un complot de 15 personnes organisé depuis une cave à Tora Bora en Afghanistan. Donc c'est un complot ! ».

Passons sur la légèreté avec laquelle le président de l'UPR évoque l’attentat le plus meurtrier de l’histoire du terrorisme. Outre qu’il semble mal connaître son sujet, c’est surtout la version caricaturale qu’il présente de ce que, à l’instar des conspirationnistes, il appelle la « théorie officielle », qui doit retenir l’attention. Car « l’opération des avions », telle que la désignaient les instigateurs des attentats du 11 septembre 2001, comprenait 19 pirates de l’air – pas 15 – et n’a pas été « organisée depuis une cave » – allusion au complexe de tunnels et de grottes aménagés par Al-Qaïda dans le réduit montagneux de Tora Bora –, mais préparés méthodiquement, pendant plusieurs années, sur au moins trois continents. Comme le rappellent Nicole Bacharan et Dominique Simonnet dans 11 septembre. Le jour du chaos (Perrin, 2011), le projet, qui nécessita « une longue préparation stratégique, engageant des dizaines de personnes dans différents pays du monde, avec une minutie et une rigueur inouïes », a été soumis pour la première fois par Khaled Cheikh Mohammed à Oussama Ben Laden en 1996, soit cinq ans avant l'attaque.

"Debunking 9/11 Debunking", de David Ray Griffin (Olive Branch Press, 2007)
Mais ce qui ne peut manquer d’interpeller ceux qui sont familiers de la rhétorique des conspirationnistes du 11-Septembre, c’est bien l’argument fallacieux selon lequel la « version officielle » serait, elle-même, une théorie du complot. L’argument apparaît dès 2002, quelques mois seulement après les attentats, sur des sites conspirationnistes. David Ray Griffin, un théologien devenu l’un des piliers du 9/11 Truth Movement pour avoir publié plusieurs ouvrages défendant la thèse d’un complot interne américain, a même intégré la notion de « théorie du complot officielle » au titre d’un de ses livres. Selon lui, « la thèse officielle sur le 11-Septembre est bien une théorie du complot, qui considère que les attentats perpétrés ce jour-là sont le fruit d’une résolution concertée entre Oussama ben Laden et d’autres membres d’Al-Qaïda ». Autrement dit, il n'y a pas de faits, que des opinions et l'accusation de complot visant l'Administration américaine vaut bien celle visant Al-Qaïda.

A ceci près que des faits, il y en a, et que la culpabilité d'Al-Qaïda est étayée par une masse considérable de preuves matérielles, à commencer par les aveux et revendications des instigateurs eux-mêmes. Qualifier de conspirationniste la « version officielle », c’est-à-dire la version communément admise des attentats du 11-Septembre par tous ceux, liés ou non à un gouvernement, qui travaillent sérieusement sur le terrorisme, c’est gommer toute distinction entre complot réel et complot imaginaire. C'est alimenter une confusion qui ne profite, en définitive, qu'aux marchands de doute et d'ignorance.

En suggérant que la culpabilité d’Al-Qaïda dans les attentats du 11-Septembre, pourtant abondamment documentée, n’est qu’une « théorie », François Asselineau fait à nouveau la démonstration de sa préférence pour le complotisme. En prétendant qu’il n'a « jamais évoqué ce sujet », ne fait-il pas aussi celle de son rapport problématique à la réalité factuelle ?


Voir aussi :
* 11-Septembre/LaRouche : Cheminade joue sur les mots
* Dossier François Asselineau sur Conspiracy Watch