« Les musulmans se défendent contre ceux qui les attaquent. […] Mettez votre colère de côté et raisonnez quelques instants, vous ne subissez que les erreurs de vos dirigeants. […] La sécurité ne régnera pas sur votre territoire ». C’est ce qu’a déclaré jeudi 28 juin 2018 Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos djihadistes du 13 novembre 2015, devant un juge antiterroriste. Considéré par certains conspirationnistes comme un bouc émissaire innocent, Abdeslam avait été arrêté le fait 130 morts à Paris et Saint-Denis.