« Pierre Panet prend la parole en défense d’Ilych Ramirez Sanchez, dit “Carlos” », Globalepresse, YouTube, 25 mai 2017.

Ancien syndicaliste passé par le PCF et le PSU, Pierre Panet (1947 -) croise le chemin de Dieudonné M’Bala M’Bala en 2004, lorsqu’il décide de figurer parmi les candidats de la liste Euro-Palestine aux élections européennes emmenée par Christophe Oberlin et Olivia Zemor (CAPJPO) : « Apprenant par une amie que Dieudonné se lançait dans les élections européennes pour mettre sur la place publique la défense du peuple palestinien, j’ai applaudi en mon for intérieur à cette courageuse initiative » écrit-il dans sa profession de foi. Dans le comité de soutien de la liste, on trouve Alain Soral (qui a déjà suggéré dans un essai de 2003, Socrate à Saint-Tropez, qu’il était impossible de parler librement de la Shoah…), mais aussi le dessinateur Siné (qui est alors à Charlie Hebdo), la chanteuse Princess Erika, le judoka Djamel Bouras, le physicien belge Jean Bricmont et les Palestiniens Marwan Barghouti et Mohamed al-Rantissi (auteur, en 2009, d’un livre intitulé J’ai choisi le Hamas).

La même année, Pierre Panet fait la connaissance du négationniste Robert Faurisson : « Pour tout dire, relate-t-il, c’est un soir d’octobre 2004 que je l’ai rencontré pour la première fois au Théâtre de la Main d’or. Il y était déjà venu, parait-il, pour assister au spectacle de Dieudonné “Mes excuses” ».

Fondateur de l’association dieudonniste « Les OGRES Utopistes Concrets » et du site web éponyme LesOgres.org, Pierre Panet explique « partager l’analyse de Roger Garaudy » et avoir une haute estime de Robert Faurisson, qu’il qualifie d’« humaniste ». En 2008, invité à monter sur la scène du Zénith par Dieudonné, Faurisson ne manquera d’ailleurs pas de remercier nommément Pierre Panet aux côtés de Ginette Skandrani (exclue des Verts en 2005 pour ses positions négationnistes) et d’Ahmed Moualek (alors animateur du site Labanlieuesexprime.org).

Peu après, le nom de Pierre Panet figure sur la « Liste antisioniste » emmenée par Dieudonné, Yahia Gouasmi et Alain Soral pour les élections européennes de 2009. Parmi ses autres colistiers, on trouve Michael Guérin (ancien responsable du Front national de la jeunesse – Rhône-Alpes), Christian Cotten, Ahmed Moualek, Maria Poumier ou Ginette Skandrani.

En juillet 2010, quelques jours après la sortie en salles d’un biopic sur le terroriste Ilich Ramirez Sanchez dit Carlos, Pierre Panet crée un « Comité pour la libération de Carlos » dont la domiciliation postale est fixée au Théâtre de la Main d’or. Défenseur convaincu du « Chacal » qu’il qualifie d’« astre auréolé par sa qualité de combattant de la liberté », Pierre Panet publie un appel qu’il termine par ces mots :

« VIVE LA RESISTANCE PALESTINIENNE CONTRE LE SIONISME !

VIVE L’ISLAM REVOLUTIONNAIRE !

VIVE “CARLOS” ! »

Pierre Panet est signataire de la « Pétition pour l’abrogation de la loi Gayssot et la libération de Vincent Reynouard » initiée par Paul-Éric Blanrue et Jean Bricmont en août 2010.

Aux élections municipales du printemps 2014, il figure sur la liste Front national-Rassemblement Bleu Marine du XIIe arrondissement de Paris emmenée par Christian Vauge, membre de « Souveraineté, identité et libertés » (SIEL), une petite formation souverainiste satellite du FN.

Dans son livre, La vérité sur Dieudonné (Plon, 2005), la journaliste Anne-Sophie Mercier rapporte les propos tenus par Pierre Panet concernant les attentats du 11 septembre 2001, où il reprend à son compte la rumeur antisémite selon laquelle aucun juif n’est mort lors de l’attaque terroriste :

« Ces Israéliens qui faisaient le V de la victoire dans les rues de Tel-Aviv, on les a filmés pendant qu’ils ne regardaient pas ! Moi, j’ai vu ce film, que les sionistes ont ensuite fait disparaître. Avez-vous remarqué qu’il n’y avait qu’un seul Juif parmi les morts de New York ? Normal, le Mossad les avait presque tous prévenus. »

 

IL A DIT :

« Il est avéré que beaucoup de personnes sont imprégnées d’idées sionistes. Il suffit pour s’en convaincre de lire l’excellent ouvrage de Paul-Éric Blanrue, Sarkozy, les Juifs et Israël. De cet ouvrage, il ressort à l’évidence que le sionisme inspire non seulement la politique internationale de la France mais aussi la politique intérieure. Il est très fréquent de voir la LICRA ou le CRIF faire entendre leurs voix à l’occasion de n’importe quel débat devant l’Assemblée nationale. Donc aucun doute n’est possible. Faire acte de candidature pour les législatives sous l’étiquette antisioniste, c’est être au cœur de la politique française, au cœur de la République ».

Source : « Pierre Panet, liste Anti Sioniste », YouTube, août 2014.

 

(Dernière mise à jour le 12/12/2019)