Olivier Mukuna (capture d’écran YouTube/Cercle des Volontaires, avril 2013).

Olivier Mukuna (1970 -) est un journaliste belge d’origine congolaise évoluant dans la mouvance conspirationniste francophone.

Auteur de deux livres et d’un documentaire sur Dieudonné M’Bala M’Bala (pour lequel il reçoit, en 2009, une Quenelle d’or dans la catégorie « création audiovisuelle »), Mukuna est un proche de Nordine Saidi.

Il est signataire de la pétition initiée en août 2010 par Paul-Éric Blanrue et Jean Bricmont pour la libération du négationniste Vincent Reynouard. Il intervient sur différents sites conspirationnistes dont Le Cercle des Volontaires, Le Grand Soir, et Investig’Action, le site de Michel Collon.

En novembre 2010, en voyage en Iran, on le retrouve aux côtés de Thierry Meyssan, Paul-Éric Blanrue et du négationniste italien Claudio Moffa.

À partir du début des années 2010, il s’éloigne d’Alain Soral puis de Dieudonné pour rompre ensuite bruyamment avec eux, l’altercation entre Daniel Conversano et le président d’Égalité & Réconciliation dans l’émission « Niveau Zéro » (décembre 2016) constituant le point d’orgue de cette rupture.

 

IL A DIT :

«  Si pour certains, faire monter Robert Faurisson sur la scène du Zénith est insupportable, pour d’autres cela s’inscrit comme un pied-de-nez contre le pavlovisme médiatique partial qui se garde bien de lyncher les autres révisionnistes et négationnistes d’autres crimes contre l’humanité […]. Ce que j’ai appelé « égalité zéro » ou cet interminable « deux poids deux mesures » au désavantage des Français d’origine africaine, antillaise et maghrébine. Cette citoyenneté au rabais qui se vit dans la discrimination à l’emploi et au logement, dans le révisionnisme ou le négationnisme des crimes perpétrés par l’Empire français esclavagiste puis colonialiste, et enfin, dans l’accès à la liberté d’expression critique et médiatique concernant ces questions […]. La faillite politique de l’UMPS est sans appel ! Racisme et communautarisme sont au zénith, discriminations et injustices sociales plus criantes que dans les années 80. […] Je maintiens : Dieudonné est un véritable Républicain. Au sens d’un citoyen qui défend les utopies que sont l’universalisme, le refus du communautarisme et de la hiérarchisation de traitement selon les origines de chacun. Dieudonné renvoie les principes de la République à ceux qui les trahissent ».

Source : Olivier Mukuna : « Ce film s’est réalisé dans des conditions semi-clandestines », Agoravox, 25 novembre 2009.

 

(Dernière mise à jour le 27/06/2021)