Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Astrid Stuckelberger (capture d'écran du film « Hold-up », novembre 2020).

Astrid Stuckelberger est une figure de la complosphère covido-sceptique et antivax francophone, de nationalité suisse.

Docteure en psychologie et en sciences de l’éducation, cette Genevoise spécialisée dans les questions de santé publique et de gériatrie est formatrice pour le compte d'Esclarmonde, un organisme formant à la naturopathie. Si elle a effectivement travaillé avec l'Université de Genève, son contrat a pris fin à l'été 2016 selon l'AFP.

Présentée, à tort, comme « docteure en médecine », Astrid Stuckelberger fait partie des protagonistes du film complotiste « Hold-up », diffusé sur Internet à partir de novembre 2020. Elle y relativise la gravité du Covid-19, dénonçant le port du masque comme « une politique de peur, un genre de terrorisme psychologique ». Elle y déclare aussi que « l’OMS ne dit pas que tout le monde doit mettre un masque », ce qui, au moment où le film a été rendu public, n'était plus exact depuis plusieurs mois, l'OMS préconisant officiellement le port du masque pour le grand public depuis une note du 5 juin 2020. Un an plus tard, elle figure également au casting du deuxième opus, intitulé « Hold On », qui reprend le ton complotiste du premier film en se concentrant cette fois sur la question des vaccins contre la Covid-19.

Lors d'un rassemblement anti-confinement organisé le 19 novembre 2020 à Genève, Astrid Stuckelberger prononce un discours dans lequel elle fait valoir plusieurs opinions très controversées sur la pandémie de Covid-19. Dès le début de son intervention, elle affirme par exemple : « Il n'y a pas de pandémie. C'est fini. » Selon elle, il n'y aurait « ni décès [...] ni malades surnuméraires » dûs au Covid-19. Elle poursuit en affirmant que « les virus font partie de nous et [...] sont même bons pour notre santé. » Elle prétend également que les tests de détection du Covid-19 ne sont pas valables, assurant avoir appelé « tous les labos ».

A la mi-octobre 2020, Astrid Stuckelberger intervient sur la chaîne YouTube d'Ema Krusi. Le 27 novembre 2020, elle est interviewée pendant 50 minutes par Chloé Frammery pour le compte de la chaîne YouTube complotiste Agora TV [archive].

En juillet 2021, à la suite de l'annonce par Emmanuel Macron de l'obligation vaccinale pour les soignants et de la généralisation du pass sanitaire, elle lance avec Jean-Pierre Eudier, président de la Ligue nationale pour la liberté des vaccinations (la principale organisation antivaccination française) et l'avocate controversée Virginie de Araujo-Recchia, « une commission d'enquête citoyenne internationale » visant à dénoncer la « campagne expérimentale criminelle » actuellement menée.

Lors d'une conférence à Annecy le 21 juillet 2021, Astrid Stuckelberger estime que « cette pandémie est un fake complet », déplorant qu'on « nous a fait croire (...) qu'il y avait une épidémie gravissime » et que le professeur Didier Raoult, qui avait appelé quelques jours plus tôt à se faire vacciner contre la Covid-19, « parle du vaccin parce qu'il est obligé ». Dix jours plus tard, à l'occasion d'un rassemblement antivaccination tenu cette fois à Genève, elle déclare au sujet des vaccins contre la Covid : « Ce n'est pas un vaccin. C'est une expérience. [...] On sait aujourd'hui que c'est une expérience ratée puisque y'a des décès partout. En Israël c'est la catastrophe, en Angleterre [...]. On voit que les décès sont là. [...] N'acceptez plus jamais le mot vaccin. »

En septembre 2021, elle estime dans un live que « c'est trop facile la guillotine » comme supplice pour punir les responsables de la campagne de vaccination. À peu près au même moment, elle lance, en coopération notamment avec l’activiste QAnon français Antoine Q Cuttitta, une « ONG », l'Alliance Humaine Santé Internationale (AHSI), présentée comme ayant « pour but de promouvoir la santé et le bien-être des populations dans le monde » et dont la marraine « pour la France » est la psychiatre et députée conspirationniste Martine Wonner. L'AHSI propose notamment une plateforme en ligne, « Soignez Heureux », qui permettrait de mettre en lien des patients et des « soignants », via le biais de téléconsultations. Calquée sur le système de prise de rendez-vous du site doctolib.fr, la plateforme propose en fait principalement des consultations avec des praticiens en médecines douces ou alternatives, par exemple « aromathérapeute », « énergéticien », « magnétiseur », « massothérapeute » ou encore « naturopathe ». Les spécialités plus classiques comme psychiatre, spécialiste en médecine interne, médecin généraliste ou pharmacien, sont assurées par un très petit nombre de praticiens, principalement des retraités, et demeurent indisponibles à la réservation. La seule pédiatre disponible, une certaine Hanna K. de Paris, se décrit elle comme « suspendue sans salaire depuis deux mois et demi », probablement des suites d'un refus de vaccination contre le Covid-19. Les téléconsultations sont gratuites, mais les patients sont fortement incités à faire un don à la plateforme.

Sur un autre axe, l'AHSI lance également « T'as compris le coup », une plateforme dédiée cette fois à accompagner les parents qui veulent retirer leurs enfants de l'école publique pour assurer eux-mêmes l'instruction à domicile. Il est précisé que les cours seront dispensé via l'application Telegram, par « des bénévoles qualifiés » à compter de la rentrée de janvier 2022, pour les classes allant de la maternelle au collège, même si « pour l'instant seule la maternelle et le primaire ont des enseignants ». On apprend en décembre 2021 que l'initiative est parrainée par le chanteur Francis Lalanne, qui s'est notamment distingué par ses innombrables sorties complotistes.

En novembre de la même année, invitée dans un live vidéo de Daniel Pilon, elle évoque « un plan de préparation aux zombies » des autorités, parce qu'« ils savent qu'il y a des gens qui vont vraiment pas aller très bien dans la rue », à cause de « saignements » dû au graphène contenu dans les vaccins, « des lames de rasoir qui font des hémorragies internes ». Elle préconise à l'inverse de se soigner de la Covid-19 par « des plantes, les aiguilles de pin ».

Quelques semaines plus tard, dans un live aux côtés notamment des influenceurs complotistes Chloé Frammery ou Jean-Jacques Crèvecoeur, Astrid Stuckelberger estime cette fois-ci que les enfants nés de personnes vaccinées doivent « être éloignés des bébés humains parce qu'ils sont transhumains », affirmant que ces enfants « ne sont pas normaux, ils sont hyper agressifs avec les autres » ou encore qu'ils « grimpent les murs ». À peu près à la même période, elle est l'une des nombreux intervenants du Doctothon, une émission qui rassemble pendant 24 heures de direct la fine fleur de la complosphère covido-sceptique et antivax francophone.

Dans un autre live, en mars 2022, Astrid Stuckelberger prétend que les personnes vaccinées ont une odeur particulière qui se rapproche du parfum « Poison » de Dior.

En avril 2022, sur son compte Telegram, Astrid Stuckelberger partage une vidéo à caractère antisémite sur la « mafia khazar », contenu qu'elle qualifie de « fondamental pour comprendre quelle "race" (si cela en est une...) a mis le chaos sur la terre depuis des siècles et hacké obsessivement les avoirs et libertés de la population » [archive].

Deux semaines plus tard, elle partage une publication [archive] évoquant l’activation de vaisseaux spatiaux et « l’approche de la Flotte de la Confédération Intergalactique »...

Le 11 juillet 2022, comme le relève le compte Debunker des étoiles, Astrid Stuckelberger partage un contenu platiste [archive] sur sa chaîne Telegram.

 

ELLE A DIT :

« Le problème de la politique et de la politique sanitaire c’est qu’elle peut être gouvernée par deux choses : par la logique de la maladie et par la logique de la santé. Et on a malheureusement des Pharmas, des vaccins qui pensent à vendre, donc c’est des vendeurs de maladie, de traitements, donc il faut des malades. Donc leur politique c’est : "le plus on a de malades, le plus on est riche ; n’arrêtons pas la maladie !" » 

Source : « Hold-up », film de Pierre Barnérias, novembre 2020.

 

(Dernière mise à jour le 13/07/2022)

Depuis quinze ans, Conspiracy Watch contribue à sensibiliser aux dangers du complotisme en assurant un travail d’information et de veille critique sans équivalent. Pour pérenniser nos activités, le soutien de nos lecteurs est indispensable.  

Faire un don !
Partager :
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
© 2007-2022 Conspiracy Watch | Une réalisation de l'Observatoire du conspirationnisme (association loi de 1901) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
cross