Mort de Bobby Fischer, génie des échecs… et conspirationniste forcené
Robert James Fischer, dit Bobby Fischer, était déjà de son vivant un personnage de roman. Caractériel et génial (son Q.I. de 181 dépassait celui d’Einstein), « le plus grand joueur d’échecs de tous les temps » (selon Kasparov) est décédé à l’âge de 64 ans le 17 janvier à Reykjavik (Islande). Persuadé d’être victime d’un complot fomenté par les Juifs et les Etats-Unis, cet admirateur d’Hitler et grand lecteur des Protocoles des Sages de Sion a fait partie, pendant plusieurs années, d’une secte qu’il a quitté après s’être rendu compte qu’il était victime d’un « gouvernement mondial secret et satanique » (sic). « Bobby Fischer sur la diagonale du fou », titre Le Monde. Extraits :

Le 11 septembre 2001, quelques heures à peine après les attentats de New York et de Washington, un Américain exulte sur les ondes de Radio Bombo, aux Philippines : "C’est une formidable nouvelle, il est temps que ces putains de juifs se fassent casser la tête. Il est temps d’en finir avec les Etats-Unis une bonne fois pour toutes." Le présentateur de l’émission, Pablo Mercado, peine à tempérer son interlocuteur, qui, au téléphone, déverse insanités et élucubrations avant de conclure : "Je dis : mort aux Etats-Unis ! Que les Etats-Unis aillent se faire foutre ! Que les juifs aillent se faire foutre ! Les juifs sont des criminels. (…) Ce sont les pires menteurs et salauds ! On récolte ce qu’on a semé. Ils ont enfin ce qu’ils méritent. C’est un jour merveilleux." Au bout du fil Bobby Fischer, ancien champion du monde d’échecs. (…)

En 1967, alors qu’il survole le tournoi interzonal de Sousse (Tunisie), il claque la porte pour des raisons d’horaires. En effet, depuis plusieurs années déjà, il est membre d’une secte fondamentaliste, l’Eglise universelle de Dieu, qui oblige notamment ses membres à respecter le repos du sabbat… (…)

Ses lubies ont pris possession d’un esprit vacant et immature. Déjà latente dans les années 1960, sa haine des juifs – alors que sa mère était juive – a empiré. Il lit Mein Kampf et Le Protocole des sages de Sion. Le grand maître américain Larry Evans se souvient l’avoir accompagné pour voir un documentaire sur Hitler : "Lorsque nous sommes sortis du cinéma, Bobby dit qu’il admirait Hitler. Je lui demandai pourquoi et il me répondit : ‘Parce qu’il a imposé sa volonté au monde’."

Il se dit spolié de tous ses biens et victime d’un complot fomenté par les juifs et les Etats-Unis. Sa paranoïa n’a cessé de croître. En 1972, il craignait que l’URSS ne l’empoisonne ou fasse abattre l’avion le conduisant à Reykjavik. Plus tard, il se fit retirer tous ses plombages de peur que l’un d’eux contienne un mini-appareil électronique susceptible d’influencer sa pensée. Les photographies prises en juillet lors de son arrestation au Japon montrent d’ailleurs qu’il a perdu plusieurs dents. Il a quitté sa secte – après que celle-ci eut lessivé son compte en banque -, convaincu qu’elle était aux mains d’ "un gouvernement mondial secret et satanique". Les anecdotes abondent. Même ses plus grands fans en ont la nausée.

En juin 1990, le grand maître français Bachar Kouatly, qui préparait alors l’organisation du match Kasparov-Karpov à Lyon, rencontra Fischer en Allemagne, contre la somme de 5 000 dollars… "Sa première réaction, raconte-t-il dans la revue Europe Echecs de septembre, fut de me faire écrire sur un bout de la nappe en papier – qu’il déchira de la table – que je n’exploiterais en aucun cas notre rencontre à des fins commerciales ! Je lui offris une sacoche en cuir, qu’il sembla apprécier. Il me remercia à de nombreuses reprises, la touchant comme un enfant." Le lendemain, Bachar Kouatly se promena avec le maître, qui finit par sortir son échiquier de poche, non pour jouer, mais pour montrer à son interlocuteur que les championnats du monde disputés par Kasparov et Karpov étaient, selon lui, arrangés à l’avance. Connaissant les parties par coeur grâce à sa fantastique mémoire, il insistait sur les coups étrangement faibles des deux Russes.

Bobby Fischer ne joue plus aux échecs, et ce qui s’est passé dans la discipline après sa victoire n’est pour lui que "truquerie". Le temps s’est arrêté à Reykjavik le 3 septembre 1972, lorsque Boris Spassky téléphona à l’arbitre pour lui annoncer qu’il ne reprendrait pas la 21e partie, ajournée, de son match contre Bobby Fischer.

Source : Pierre Barthélémy, Le Monde, 18 janvier 2008.

Voir aussi : Christian Losson, « Bobby Fischer, le roi est mort », Libération, 19 janvier 2008.