Le drame de Newtown ne pouvait pas échapper aux spéculations conspirationnistes les plus diverses. Voici quelques-unes des théories du complot les plus en vogue au cours des huit derniers jours…

Le massacre de Newtown vu par les conspirationnistes

• La thèse du “complot juif”

Dans un article paru le 18 décembre dernier sur son site web, Press TV, la chaîne d’Etat iranienne en langue anglaise, a accusé Israël d’être l’instigateur de la tuerie de l’école de Sandy Hook à Newtown dans le Connecticut. Le texte prétend que le gouvernement israélien aurait envoyé un « escadron de la mort » massacrer des enfants pour se venger des Etats-Unis qui ne sont pas parvenus à empêcher que la Palestine obtienne le statut d’Etat observateur à l’ONU. Terrorisé à l’idée de perdre ses électeurs juifs, Obama aurait accepté la sentence et organisé le camouflage en désignant le jeune Adam Lanza comme bouc-émissaire.

Pour arriver à cette conclusion, l’article cite les déclarations d’un ancien candidat aux primaires de 2006 du Parti Républicain en Arizona, Michael Harris, qui venait de s’exprimer sur la télévision iranienne en accusant l’Etat hébreu d’être derrière la tuerie de Tucson en janvier 2011, derrière le double attentat perpétré par le Norvégien Anders Breivik en juillet 2011 ou encore derrière la fusillade d’Aurora, l’été dernier.

En Arizona, Mike Harris est resté célèbre pour avoir dépensé des dizaines de milliers de dollars au cours de sa campagne électorale après avoir obtenu d’un juge qu’il divise par deux la pension alimentaire de ses enfants. Mais il est aussi réputé pour s’afficher sans vergogne aux cotés de militants néo-nazis dans des manifestations contre Barack Obama. Quant à l’auteur de l’article, Gordon Duff, il n’est pas inconnu de la complosphère. C’est le webmaster de Veterans Today, un site d’extrême droite spécialisé dans le négationnisme et la diffusion de théories du complot « antisionistes » (il accuse notamment Israël d’avoir fomenté les attentats du 11-Septembre).

Le massacre de Newtown vu par les conspirationnistes

• La thèse d’un complot fomenté par l’Administration Obama

Pour l’animateur de radio conspirationniste Alex Jones, Barack Obama a tout bonnement planifié et organisé une série de meurtres de masse à des endroits stratégiques (ici un cinéma, là une école primaire) dans le but d’abolir le deuxième amendement de la Constitution qui garantit à chaque citoyen américain le droit de porter librement des armes. Le diabolique « plan marxiste » du président prévoirait, dans sa seconde phase, rien moins que la destruction de la nation américaine. Alex Jones exhorte ses auditeurs à ne pas se laisser désarmer et à se préparer, le cas échéant, à une nouvelle guerre civile.

Les diatribes frénétiques d’Alex Jones sont partagées par son confrère Rush Limbaugh qui met quant à lui en avant l’affaire Fast and Furious, une opération – bien réelle celle-là – d’infiltration d’un cartel mexicain de drogues qui avait mal tourné, afin de démontrer qu’Obama souhaite créer un climat propice à l’interdiction des armes. Aussi aberrantes soient-elles, les thèses de Jones et Limbaugh touchent au cœur d’un public ultra-conservateur qui revendique par ailleurs le droit d’armer les instituteurs et le devoir moral de les entraîner au tir en réponse au massacre de l’école de Newtown.

• La thèse du “complot bancaire”

Toute aussi alambiquée est la théorie qui relie les fusillades d’Aurora et de Newtown au monde de la finance. Avant d’être reprise sur de nombreux blogs, la rumeur s’est répandue via les réseaux sociaux et le “média citoyen”, Examiner.com. Selon cette thèse pour le moins saugrenue, le père de James Holmes, le tueur du cinéma d’Aurora, et celui d’Adam Lanza s’apprêtaient à témoigner devant une commission sénatoriale à propos du scandale financier du Libor, une manipulation des taux d’intérêts interbancaires à la City de Londres. Conclusion de Fabian4Liberty, un blogger libertarien supporter de Ron Paul, qui a posté une vidéo vue, à ce jour, plus de 150 000 fois :

« Mesdames et Messieurs, nous avons un mobile et un lien. Impossible de laisser passer la coïncidence. Les deux meurtres de masse sont connectés au Libor ».

L’examen de ces allégations a permis de vérifier que Peter Lanza travaille bien dans la finance mais qu’en revanche, la société qui l’emploie, GE Energy Financial Services, n’a pas plus de rapport avec le Libor que n’en a FICO, où exerce Robert Holmes, le père du tueur d’Aurora. D’autre part, la commission bancaire du Sénat a certifié par mail qu’aucune audition sur le Libor n’était pour le moment prévue et qu’elle n’a jamais considéré ces deux hommes comme des témoins potentiels.

Le massacre de Newtown vu par les conspirationnistes

• Le complot du “chevalier noir”

La connexion de la tuerie de l’école de Newtown avec celle du cinéma d’Aurora près de Denver est un élément récurrent des
théories du complot qui se sont développées sur les réseaux sociaux. Dans le meilleur du pire, la “Dark Knight Rises Conspiracy” et son détail qui tue méritent une mention spéciale : le massacre de l’école de Sandy Hook à Newtown aurait était annoncé dans The Dark Knight Rises, qui justement était projeté en avant-première lors de la fusillade d’Aurora le 19 juillet dernier. Dans l’une des scènes du film, le nom de “Sandy Hook” apparaît sur une carte en arrière-plan. Il est censé désigner un quartier de Gotham City, la ville fictive de Batman. A un autre moment du film, un personnage, le commissaire Gordon, dirait : « Il n’y a pas de coïncidences ». Il y a là de quoi faire méditer pendant des mois sur l’œuvre de Christopher Nolan les adeptes de la théorie du complot.

Autre phénomène de société chez les ados, Hunger Games cristallise les fantasmes conspirationnistes. Dans ce best-seller de science-fiction, adapté récemment au cinéma, vingt-quatre enfants sont contraints de s’entretuer dans un jeu télévisé qu’il n’est possible de gagner qu’en étant le dernier à survivre. Or, vingt enfants sont morts dans la fusillade de l’école de Sandy Hook et l’auteure du livre, Suzanne Collins, réside… dans le quartier de Sandy Hook à Newtown dans le Connecticut ! Cela fait décidément beaucoup de coïncidences fortuites pour les amateurs de complots.