Dimanche 6 juin, sur France Inter, Jean-Luc Mélenchon a provoqué un tollé général en suggérant que les attentats de Toulouse en 2012 et celui sur les Champs-Elysées en 2017, à chaque fois avant un scrutin présidentiel, avaient été « écrits d’avance » pour « permettre de montrer du doigt les musulmans et d’inventer une guerre civile ». Il a ensuite tenté de justifier ses propos en fustigeant les « complotistes anticomplotistes »