Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 16/09/2019 au 22/09/2019).

JEANNE CALMENT. Une étude scientifique publiée le 16 septembre dans le Journal of Gerontology a conclu à la validité du record de longévité de Jeanne Calment, officiellement décédée à 122 ans en 1997. Des chercheurs russes avaient avancé l’hypothèse d’une supercherie selon laquelle la centenaire n’était pas Jeanne mais sa fille unique, Yvonne Calment. Pour infirmer cette « théorie du complot », les auteurs de l’étude ont notamment exhumé un article de la presse locale, de 1934, à Arles – où vivait Jeanne Calment –, attestant qu’une « foule particulièrement nombreuse » avait assisté aux obsèques de sa fille Yvonne. Comment imaginer dès lors que ces nombreux témoins n’aient rien remarqué, comme l’ont souligné les chercheurs, « à moins d’accepter l’idée de la complicité de dizaines de personnes » dans cette fraude à l’identité… (source : Le Point, 16 septembre 2019).

BESLAN, 15 ANS APRÈS. La petite ville de Beslan, en Ossétie du Nord (Russie), a acquis une notoriété mondiale le 1er septembre 2004, lorsqu’un commando de plusieurs dizaines de terroristes réclamant le retrait des troupes russes de Tchétchénie pénétra dans l’école n°1 et prit en otages plus de 1100 personnes. Le siège de trois jours se solda par la mort de 334 otages parmi lesquels 186 enfants. Face à l’ampleur du massacre, nombreux sont ceux qui se tournèrent vers des théories du complot. Selon Felix Light, qui signe pour le site New Eastern Europe un article dont Conspiracy Watch propose une adaptation en français, ces théories s’inscrivent dans la durée et révèlent l’ancrage d’un malaise dans cette province de Russie (source : Conspiracy Watch, 18 septembre 2019).

ALAIN SORAL. L’essayiste d’extrême droite a été condamné à 18 mois de prison ferme et 45 000 euros d’amendes pour provocation à la haine raciale. L’objet du délit était la publication sur son site, Égalité & Réconciliation, d’un clip intitulé « Gilets jaunes » dans lequel, une pancarte contenant le nom de Rothschild, mais aussi des photographies de Bernard-Henri Lévy, Jacques Attali ou encore Patrick Drahi étaient envoyées au bûcher. Les associations plaignantes (UEJF, SOS-Racisme, J’accuse !, LICRA, MRAP, LDH) voient dans le jugement la fin de l’impunité dont bénéficie le « multirécidiviste de la haine » (source : lemonde.fr, 19 septembre 2019).

LECTURE. Est paru aux Éditions de l’Université de Bruxelles, l’ouvrage collectif Les formes contemporaines de l’antimaçonnisme, sous la direction de Jean-Philippe Schreiber, dont l’ambition est triple : dresser un état des lieux de l’antimaçonnerie aujourd’hui et de ses évolutions récentes ; analyser à la fois les accents nouveaux et les reformulations de condamnations anciennes ; examiner des situations peu mises en avant dans la littérature jusqu’ici, telles les formes de l’antimaçonnisme dans les courants émergents du christianisme contemporain ou de l’islam (source : Conspiracy Watch, 20 septembre 2019).

DIDIER DAENINCKX. Dans un entretien au site AOC, le célèbre romancier revient sur les années 1990 au cours desquelles il dénonçait les « rouges-bruns ». Daeninckx évoque notamment l’aveuglement d’alors des dirigeants du Parti communiste français, tolérants dans leurs rangs des militants comme le négationniste Roger Garaudy ou comme Alain Soral, qui « tenait déjà les propos nationaux-socialistes dont il se vante de la pertinence aujourd’hui ». Pour l’écrivain, le combat était dès alors perdu : « Dès l’instant où ils acceptaient cette présence et étaient incapables d’écouter et d’analyser un discours véritablement fasciste, qu’ils n’avaient plus les outils intellectuels pour que les résonances malsaines du discours de Soral leur apparaissent » (source : AOC , 21 septembre 2019).

ZONE 51. Les réseaux sociaux annonçaient deux millions de personnes pour « donner l’assaut » à une base secrète de l’armée américaine dans le désert du Nevada, la « zone 51 », accusée par les conspirationnistes d’y cacher des aliens : ils ne sont finalement pas plus d’une centaine à s’y être rendu. À l’origine d’une mobilisation ratée, mais néanmoins festive, une simple blague… (source : L’Est éclair, 21 septembre 2019).

11-SEPTEMBRE. À relire, dans le sillage des commémorations des attentats du 11 septembre 2001, le texte du journaliste Mshari Al-Zaydi paru le 9 septembre 2009 dans le quotidien arabe basé à Londres Asharq Al-Awsat. Le journaliste y analysait les raisons pour lesquelles les théories du complot relatives aux attaques trouvaient un si large publique dans le monde arabo-musulamn. Elles dispensent à ses yeux de s’ « interroger sur l’extrémisme, la culture du fanatisme, les excès de la religion, le besoin de revoir les concepts qui justifient la violence religieuse, et tous ces casse-têtes continuels qui hantent notre société. Le problème est facile à résoudre avec ces mirages conspirationnistes : le fait même de poser des questions critiques sur notre société se transforme en un ‘luxe intellectuel’ verbeux et futile » (source : Conspiracy Watch, 22 septembre 2019).

MIREILLE KNOLL. La personnalité confuse de Yacine Mihoub, l’un des deux suspects du meurtre de Mireille Knoll, une octogénaire juive, le 23 mars 2018 à Paris, vient d’être éclairée par de nouveaux éléments. Ils sont le résultat du rapport d’analyse du matériel informatique saisi lors d’une perquisition en mai et de nouvelles auditions versées au dossier, dont Le Journal du Dimanche a eu connaissance. Quelques jours avant son passage à l’acte, Mihoub avait consulté des sites antisémites. Un codétenu a aussi révélé qu’à la vue d’un reportage sur la Seconde Guerre mondiale, Mihoub lui avait confié ne pas croire à la Shoah, qu’il présentait comme un complot (source : Le Journal du Dimanche, 22 septembre 2019).