Une vidéo virale met en garde les Russes contre les menaces jumelles que représenteraient la nostalgie à l’égard de la période soviétique et l’aspiration à un modèle occidental présenté comme décadent. Sans parvenir à éviter, au passage, les stéréotypes racistes et homophobes…

Circulant sur les réseaux sociaux depuis la mi-février, une vidéo au ton humoristique ayant pour but d’inciter les citoyens russes à participer au scrutin présidentiel du 18 mars, où Vladimir Poutine est candidat à sa réélection (il brigue un 4ème mandat), est rapidement devenue virale. Vu des millions de fois sur Facebook, Twitter ou VKontakte, ce film de 3 minutes, très relayé par les sympathisants du président russe, décrit une réalité alternative aussi inquiétante que déjantée.

La veille de l’élection, un homme, interprété par l’acteur russe Sergey Burunov, se couche après avoir dit à sa femme le peu d’intérêt qu’il portait à l’échéance du lendemain. A son réveil, le voilà plongé dans un monde cauchemardesque où un général russe escorté de deux soldats – dont un d’origine africaine… – lui signifie son enrôlement dans l’armée, l’âge limite du service militaire ayant été porté à 60 ans, après l’avoir salué en exécutant un dab. L’homme croise son fils qui, revêtu d’un uniforme rappelant celui des jeunes pionniers de l’ère soviétique, lui réclame la somme astronomique de « 4 millions » de roubles (environ 55 000 euros) pour… rémunérer un garde du corps chargé de l’accompagner à l’école ! Se précipitant dans sa cuisine, il y découvre un jeune homme que sa femme lui présente comme son « gay adoptif » (sic) avant de lui expliquer qu’« aujourd’hui, nous avons des lois qui obligent toutes les familles à adopter les homosexuels abandonnés par leurs partenaires » et que, dans le cas où celui-ci ne trouverait pas un nouveau compagnon d’ici une semaine, il sera obligé de coucher avec lui…

Aucune précision n’est apportée quant à l’auteur de la vidéo, même si les sites Meduza et Mariamalyk privilégient l’hypothèse d’une production commandée par le Kremlin. Sollicité par Meduza, l’acteur Sergei Burunov n’a pas donné suite aux demandes d’interview qui lui ont été adressées.

Pour « EU vs disinfo », un site qui dépend du service diplomatique de l’Union européenne, « le message de la vidéo est clair : […] les influences étrangères peuvent et vont conduire la Russie vers le déclin moral, à moins qu’un gouvernement russe fort ne défende le pays contre ces contacts ».