Tzvetan Todorov n'accorde aucun crédit à la théorie du complot
Invité de l’émission "Les retours du dimanche", diffusée le 13 septembre 2009 sur France Culture, Tzvetan Todorov a été interrogé sur ce qu’il pensait de « l’étrange prospérité de la théorie du complot » autour des attentats du 11 septembre 2001. Voici sa réponse :

« Je n’accorde pas la moindre crédibilité à la thèse du complot mais je peux comprendre d’où viennent ces tendances à la cultiver, c’est que cela arrange beaucoup de gens d’une certaine façon. Au fond, l’Administration américaine de l’époque a trouvé le prétexte idéal pour envahir l’Irak et pour mettre ses forces militaires au Moyen-Orient. C’est comme si ça coïncidait miraculeusement avec leurs désirs. Je pense que c’est néanmoins une pure invention ».

Ainsi, Todorov rejoint les intellectuels américains Noam Chomsky ou Alexander Cockburn dans leur refus de céder à la théorie du complot sur le 11-Septembre. Evidemment, ces trois auteurs pèsent peu face à ces monuments de la pensée contemporaine que sont le théologien David Ray Griffin (un illustre inconnu jusqu’à ce qu’il devienne le porte-parole du lobby des Truthers), l’humoriste Jean-Marie Bigard ou le géopolitologue villiériste Aymeric Chauprade

Tzvetan Todorov est essayiste et historien des idées. Auteur d’un ouvrage remarqué écrit en réaction aux thèses de Samuel Huntington (La peur des barbares. Au-delà du choc des civilisations, Robert Laffont, 2008) et très critique à l’égard du bilan de l’Administration Bush, notamment pour son utilisation de la torture, Todorov avait publié en 2003 Le Nouveau Désordre mondial (Robert Laffont), un essai sur l’hégémonie américaine dans le monde post-11-Septembre.

(Merci à I. J. de nous avoir signalé l’info)