C’est ce que permettent d’affirmer les méthodes qui ont conduit l’auteur des «Mythes fondateurs de la politique israélienne» à nier la réalité des chambres à gaz.

Le site internet Egalité et Réconciliation annonce que le penseur négationniste Roger Garaudy est mort à l’âge de 98 ans, le mercredi 13 juin à 8h30. Toute la presse a repris la nouvelle, sans la vérifier. On voit par là comment se crée une vérité officielle, au mépris de la recherche du vrai.

Tout indique pourtant que ce décès ne s’est jamais produit, ou au moins qu’il y a de sérieuses raisons de douter de cette information. Aucune preuve n’est donnée. Toutes les photographies de Garaudy parues pour l’instant, même sur le site qui annonce sa mort, le montrent vivant. Mais bien entendu, cette contradiction évidente n’effraie pas les petits moutons de Panurge de la presse, qui persistent à relayer un fait qui n’est pas passé par l’épreuve de la démonstration. Si une photographie montre Garaudy mort, pourquoi ne l’a-t-on pas publiée ?

Lire la suite sur BibliObs.

Voir aussi :
* L’itinéraire du "grand militant mujahid Roger Garaudy": du communisme au négationnisme, par Pierre-André Taguieff (HuffingtonPost.fr)
* Du stalinisme à l’antisionisme radical : la trajectoire de Roger Garaudy (entretien avec Adrien Minard)

MàJ :
Christian Favier, président du Conseil Général du Val de Marne (PCF, Front de Gauche) était présent "a titre privé" à l’enterrement de Roger Garaudy (source : 20 minutes, 18 juin 2012.