Thierry Meyssan : la machine à fantasmes
Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le Français le plus populaire dans les pays arabes, ce n’est pas Zidane, mais Thierry Meyssan. C’est ce qu’a découvert Fiammetta Venner en 2002, lors d’un séjour à Amman, en Jordanie. « Thierry Meyssan, c’est l’honneur de la France », lui a dit le libraire, la voyant feuilleter la traduction arabe de L’Effroyable imposture, trônant entre le Protocole des sages de Sion et une réédition de Mein Kampf… Rentrée à Paris, Fiammetta Venner décida de s’atteler au portrait de cette vedette de la presse engagée et alternative, et de retracer minutieusement son parcours, des années soixante-dix à nos jours. Parcours tortueux, à l’image d’un charlatan sinistre qui est parvenu, à force de manoeuvres, à être de tous les combats de gauche, avant de connaître enfin la gloire en s’attaquant à l’empire du mal américain et au complot sioniste. La première fois que Thierry Meyssan a eu sa photo à la « une » d’un journal, c’était en 1986, en couverture de l’hebdomadaire catholique La Vie. On le voyait place Saint-Pierre, à Rome, les bras levés, extatique, au milieu de ses compagnons du Renouveau charismatique venus célèbrer la Pentecôte au Vatican. La photo, prise dix ans plus tôt, n’était pourtant presque plus d’actualité.

La suite sur le site de ProChoix