Alain Soral parraine la publication d'un pamphlet anti-rap
A la notable exception de la très conspirationniste prose de Kimto Vasquez (qui n’acceptera de croire en la démocratie que lorsqu’il « verra à la télé le professeur Faurisson »…), aucun rap ne trouve grâce aux oreilles d’Alain Soral. C’est peut-être pour cela que la maison d’édition qu’il a fondée, Kontre-Kulture, s’est associée aux éditions Blanches pour éditer le pamphlet de Mathias Cardet, supporter du PSG et amateur de rap "repenti", qui vilipende sur un peu moins de 200 pages « l’effroyable imposture du rap ».

Pour le journaliste Olivier Cachin, ce "premier livre noir du rap", comme on le lit en quatrième de couverture, repose sur une technique que l’on peut résumer en quelques mots : «multiplier les locutions compliquées ("contenant black-panthéro-marcusien" en mot compte triple) et tordre les faits pour qu’ils penchent du côté de votre thèse».

Une technique qui n’est pas sans rappeler celle de Thierry Meyssan auquel le titre de l’ouvrage de Mathias Cardet est un clin d’œil à peine dissimulé. Rien d’étonnant dès lors à ce que le livre de Cardet comporte «une bonne dose de théorie du complot (les liens entre rap et mafia, J. Edgar Hoover en grand ordonnateur de la normalisation révolutionnaire des Noirs américains)».

Ajoutons que la couverture du livre est l’oeuvre de Zéon, un dessinateur proche de Dieudonné et d’Alain Soral (il a co-produit avec eux une BD intitulée Yacht People) et auteur de plusieurs dessins et montages Photoshop à connotation antisémite.

Visiblement pas rebuté, Le Figaro a discrètement assuré, la semaine dernière, la promotion du brûlot antirap de Cardet.

Voir aussi :
* Rockin’ Squat invente le conspi’ rap
* Le rappeur Rockin’ Squat en rajoute une couche sur la ”conspiration mondiale”