Le 2 février 2012, Mahmoud Ahmadinejad ouvre le trentième festival international du film de Téhéran. En marge de celui-ci se déroule la seconde conférence internationale sur "l’hollywoodisme et le cinéma". Comme l’explique une des participantes, un des objectifs de cette manifestation est de réunir des « gens soucieux de combattre le sionisme qui empoisonne le milieu cinématographique et qui, par là même, répand sa propagande mensongère et totalement dénuée d’humanité ». Une délégation française est là. Elle vient présenter ses productions cinématographiques et/ou s’exprimer sur un des thèmes proposés. La présence du négationniste français Robert Faurisson s’explique par la projection prévue d’un film dont il est le personnage principal. Il doit aussi parler en public sur ce sujet : "Contre l’hollywoodisme, le révisionnisme". Ce jour, Robert Faurisson est reçu en audience privée par le président iranien. Peu après, ce dernier lui remet un premier prix "honorant le courage, la résistance et la combativité". Âgé tout juste de 83 ans, le négationniste est accueilli en Iran comme un hôte de marque.

Lire la suite sur HuffingtonPost.fr.

Voir aussi :
* Les cinq âges du négationnisme, par Valérie Igounet (vidéo)
* Les photos de vacances de Robert Faurisson en Iran
* Et Dieudonné fit applaudir Robert Faurisson…
* Michel Briganti explique la galaxie Dieudonné sur Radio Libertaire (radio)
* Paul-Eric Blanrue, un antisémite très ordinaire, par Meïr Waintrater