Le groupuscule de Thomas Werlet dénonce la Gay Pride et... la ''pieuvre maçonnique''
Thomas Werlet et ses copains néo-nazis de l’ex-"Droite Socialiste" (devenu "Parti solidaire français" – PSF) ont organisé une contre-manifestation lors de la dernière Gay Pride.

Dans une vidéo mise en ligne le 8 juillet et vilipendant le « péril rose », le leader du PSF regrette que les transsexuels ne soient plus considérés comme des malades mentaux, mais comme « des individus normaux ». Il dénonce également la « pieuvre maçonnique » (voir ci-contre) qui, selon lui, est à l’origine du rassemblement festif :

« Que pouvons nous faire, nous hommes et femmes du peuple, que pouvons nous faire contre la pieuvre maçonnique qui nous gouverne et qui inflige de tels supplices à nos esprits, détruit nos mœurs de façon ignoble ? »

Le discours de Werlet s’est terminé sur le slogan : « Première, deuxième, troisième génération, nous sommes tous des enfants d’hétéros ! ». Le commentaire écrit qui introduit la vidéo (dans lequel ces ultra-nationalistes qui se pensent comme le dernier rempart de la civilisation française n’ont pas pu s’empêcher de faire une faute d’orthographe – voir la capture d’écran ci-dessous) accuse le « nouvel ordre mondial » de « cautionner et de sponsoriser le cortège propagandiste » :

Le groupuscule de Thomas Werlet dénonce la Gay Pride et... la ''pieuvre maçonnique''
Thomas Werlet est un proche de l’agitateur suprémaciste noir Kémi Séba (ci-contre) et de Dieudonné. Il a notamment soutenu publiquement la liste antisioniste de Dieudonné, Yahia Gouasmi et Alain Soral lors des dernières élections européennes et était présent au Théâtre de la Main d’or, propriété de Dieudonné, le soir des résultats. Des tracts du PSF ont d’ailleurs transité par ce théâtre selon les RG, qui gardent le groupuscule sous surveillance depuis qu’en juin 2008, trois néonazis d’un groupuscule appelé Nomad 88 (88, comme deux fois la huitième lettre de l’alphabet pour « Heil Hitler »), auxquels Werlet avait fait appel pour assurer son service d’ordre, ont été mis en examen à Évry pour « tentative d’assassinat » et « appartenance à un groupement armé ».

Sources :
* Christophe Forcari, « Dieudonné, côté obscur », Libération, 2 janvier 2009.
* Luc Bronner, « Mis en examen, des néonazis invoquent la "haine de la racaille" », Le Monde, 26 octobre 2008.
* Christophe Cornevin, « La droite ultra dans le collimateur des "RG" », Le Figaro, 27 juin 2008.

Mise à jour (20/07/2009) :
Le "Blog Maçonnique" hiram.be relève que la vidéo citée ci-dessus a été mise en ligne sur DailyMotion par un certain "spartacusSS18" (18 faisant référence à Adolf Hitler) et qu’elle a ensuite été supprimée avant d’être mise en ligne de nouveau sur YouTube par "amazightfighter88" (le 88 signifiant HH pour "Heil Hitler"). Par ailleurs, le point XIV du programme du Parti Solidaire Français est ainsi rédigé : « Le Parti récuse les droits de l’homme, création maçonnique. En réponse, il lui oppose la culture traditionnelle Française comme base civilisationnelle » (source : hiram.be, 10 juillet 2009).

Voir aussi :
* Abel Mestre & Caroline Monnot, « Le Parti solidaire français ou l’extrême droite folklorique », Blog Droite(s) extrême(s), 2 décembre 2009.