Alors que plusieurs pays dont la France s’interrogent sur l’opportunité d’une action militaire en Syrie après l’attaque chimique qui a fait plus d’un millier de morts le 21 août, une partie de l’opinion publique est sensible aux sirènes complotistes qui soutiennent plus ou moins objectivement le régime de Bachar el-Assad. Ils voient dans la crise syrienne une machination contre un régime « laïc » et « défenseur des minorités », sans le moindre égard pour les 110.000 morts et les 6 millions de déplacés causés par la réponse apportée par le régime syrien à ce qui n’était au départ qu’une demande de réformes.

Cette vision trouve un écho assez « naturel » au sein de l’extrême droite, mais également chez certaines personnalités et organisations qui se réclament de la gauche. « On observe pantois la gauche laïcarde faire des mamours à la droite identitaire et s’émouvoir soudainement du « sort des Chrétiens », s’emporte l’historienne Marie Peltier, tandis que l’on découvre cette même droite subitement férue de laïcité et pourfendeuse de la volonté hégémonique occidentale dont elle a pourtant été l’un des plus fidèles apôtres ». Ces anti-impérialistes, relève Marie Peltier, ne se sont guère manifestés depuis les deux ans que dure la répression orchestrée par ce régime. […]

Lire la suite sur L’Express.fr.