Horst Mahler (capture d’écran YouTube/Der Spiegel, 05/11/2009).

« De Baader aux néonazis, la dérive de Horst Mahler » : ce titre du journal Libération résume bien la trajectoire politique de l’avocat négationniste allemand Horst Mahler (1936 – ).

Cofondateur de la Rote Armee Fraktion [RAF – Fraction armée rouge], cet ancien activiste d’extrême gauche qui a participé à des braquages ainsi qu’à l’évasion du terroriste Andreas Baader et est passé par les camps d’entraînement palestiniens de Jordanie a adhéré en 2000 au NPD, le parti néo-nazi allemand.

Son activisme lui vaut de connaître plusieurs séjours en prison, le dernier en date s’étant achevé en octobre 2020.

Fils de militants nazis, Horst Mahler a été condamné à de multiples reprises par la justice allemande, notamment pour avoir fait l’apologie des attentats du 11 septembre 2001 et avoir tenu des propos réhabilitant le nazisme ou niant le génocide des Juifs. C’est surtout dans les domaines de l’incitation à la haine raciale (fin 2006, il exécute un salut hitlérien) et du négationnisme que Horst Mahler s’est illustré.

En 2000, il signe, avec l’ancien Waffen-SS Franz Schönhuber, l’ouvrage Schluß mit deutschen Selbsthaß, Plädoyers für ein anderes Deutschland [Pour en finir avec la haine de soi allemande, plaidoyer pour une autre Allemagne].

Trois ans plus tard, son rôle est central dans la création de la Verein zur Rehabilitierung der wegen Bestreitens des Holocausts Verfolgten (VRBHV – Association pour la réhabilitation des personnes persécutées pour cause de contestation de l’holocauste).

Horst Mahler fait également partie des soutiens du président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

Il s’inspire du livre de Gilad Atzmon, Quel juif errant ?, pour son ouvrage, paru en 2013, Horst Mahler: Das Ende der Wanderschaft [La Fin du voyage] sous titré Gedanken über Gilad Atzmon und die Judenheit [Réflexions sur Gilad Atzmon et les Juifs].

Comme sa compagne Sylvia Stolz, il est radié du barreau du fait de ses condamnations pour provocation à la haine raciale.

Nombres de propagandistes négationnistes et de sites complotistes le soutiennent. Le spectre est large : de Vincent Reynouard à Robert Faurisson en passant par Michèle Renouf, Égalité & Réconclilation ou encore Eurolibertés.

 

IL A DIT :

« L’axe américano-sioniste a phosphorisé les enfants allemands, atomisé les enfants japonais, traité les enfants vietnamiens à l’agent orange et les enfants irakiens à l’uranium appauvri. Il est temps que les vaincus, les humiliés, les offensés répliquent par ce que j’appelle depuis longtemps “l’arme atomique du pauvre”, c’est-à-dire par le révisionnisme historique ; cette arme-là ne tue ni ne mutile personne ; elle ne tue que le mensonge, la calomnie, la diffamation, le mythe de la “Shoah” ainsi que l’abject Shoah-Business, cher à Bernard Madoff, à Elie Wiesel, à la cohorte des “miraculés” et aux assassins des enfants de Gaza ».

Source : Déclaration de Horst Mahler (citant Robert Faurisson) lors de son procès à Munich, 12 janvier 2009.

 

Voir aussi :

L’étrange postérité du groupe Baader-Meinhof

 

(Dernière mise à jour le 07/05/2021)