Du bruit dans l’image (l’homme a-t-il marché sur la Lune ?)
Par construction, l’environnement du conspirationniste est celui d’une information raréfiée et trompeuse. Si l’on ne parle pas au grand public de la planète X, ce n’est pas parce que ce corps céleste n’existe pas (ou ne menace pas la Terre), mais parce qu’un complot mondial cherche à en dissimuler l’existence.

Dans cet univers perverti, seule l’image ne ment pas. Il n’y a plus que deux types de personnes qui croient aujourd’hui à la valeur de l’information visuelle : ceux qui organisent des colloques consacrés à « l’image comme preuve » – et les conspirationnistes. Pourquoi une telle confiance ? Si les adeptes de Reopen 911 scrutent les photos ou les vidéos en pensant qu’elles vont leur livrer des informations cachées, c’est parce qu’ils appliquent sans le savoir au document photographique une théorie de l’enregistrement comme rapport signal-bruit.

Lire la suite sur L’Atelier des icônes.

L’auteur :
André Gunthert est historien, chercheur en études visuelles, maître de conférences à l’EHESS. Son blog, L’Atelier des icônes, propose une extension publique de son séminaire de recherche.