Affaire Merah : ce que savait la police
Les notes secrètes déclassifiées disqualifient la thèse du complot. Mais elles font ressortir le manque de réaction des services face à la dangerosité du tueur de Toulouse et de Montauban.

Vingt-quatre documents "confidentiel défense" et sept heures trente de pourparlers avec la police : ces documents transmis récemment à la justice apportent des éclairages édifiants sur l’affaire Merah. Des certitudes – enfin – se dégagent, sans pour autant clore la polémique sur les signaux d’alerte dont disposaient les services de renseignement avant les sept assassinats de Toulouse et de Montauban, en mars dernier. (…)

Lire la suite sur le site de L’Express.

Voir aussi, sur Conspiracy Watch :
* Notre dossier sur l’affaire Mohamed Merah