Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme

đź”´ Conspiracy News #50.2022

PubliĂ© par La RĂ©daction18 dĂ©cembre 2022

L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 12/12/2022 au 18/12/2022).

DÉSINFORMATION. Parallèlement à ses bombardements, le Kremlin mène une guerre qui utilise une arme de destruction massive : les fausses informations. Cette stratégie, théorisée depuis une décennie, est directement appliquée par l'État-major russe aux ordres de Vladimir Poutine. Réalisé par Elsa Guiol, le documentaire « La fabrique du mensonge. Au cœur de la propagande russe » raconte comment le Kremlin a réussi à faire vaciller les démocraties occidentales et à influencer les opinions politiques (source : France 5, 11 décembre 2022).

COMPLORAMA. Israël et des services de renseignements occidentaux accusés de « planifier » une guerre civile : c’est l’un des narratifs complotistes générés par la révolte en Iran. Des théories qui peuvent venir de l’intérieur même du pays, pour tenter de convaincre l’opinion iranienne, mais pas seulement. « Iran : le complotisme à l'heure des manifestations », c'est le 39e épisode de Complorama avec Rudy Reichstadt et Tristan Mendès France. Un podcast à retrouver sur le site de franceinfo, l'application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcasts, Podcast Addict, Spotify, ou Deezer.

ELON MUSK. Après « consultation » de sa base d’abonnés, massivement libertarienne et pro-Trump, l’homme le plus riche du monde a fait débloquer près de 12 000 comptes, qui avaient été suspendus pour des propos antisémites, racistes, misogynes, transphobes, ou des incitations à la violence. Le Monde propose un tour d’horizon en dix portraits des principales figures, toutes anglophones, qui ont fait leur retour sur le réseau social de Musk (source : Le Monde, 9 décembre 2022).

Elon Musk, justement, s'en est violemment pris sur Twitter, le 11 décembre, au Dr Anthony Fauci. L’un de ses messages a aussitôt fait polémique. « Je m'appelle Jugez/Fauci », a-t-il écrit, dans une allusion à la campagne de la droite visant à poursuivre le Dr Fauci pour de supposés délits liés à son implication dans la réponse à la pandémie. La Maison Blanche a qualifié ces attaques d’« incroyablement dangereuses ». Le spécialiste des vaccins et auteur Peter Hotez a appelé Elon Musk à supprimer le tweet. « 200.000 Américains ont inutilement perdu la vie à cause du Covid, à cause de ce type de rhétorique et de désinformation antiscientifique », a-t-il déploré (source : Le Figaro, 12 décembre 2022).

CHLOÉ FRAMMERY. Le 8 décembre, la chanteuse Céline Dion a annoncé dans une vidéo postée sur Instagram qu’elle souffrait d’un trouble neurologique grave. Quelques heures plus tard, l’influenceuse complotiste Chloé Frammery associait cette maladie à la vaccination, libérant un torrent de commentaires de semblable inspiration, expliquant notamment que la star était en manque d’adrénochrome (source : L’Extracteur/Twitter, 10 décembre 2022).

ALAIN SORAL. Le procès de l’essayiste franco-suisse d’extrême droite Alain Soral pour homophobie s’est ouvert le 7 décembre devant le tribunal de police de l’arrondissement de Lausanne. L’idéologue, qui avait été condamné à trois mois de prison ferme par le procureur général vaudois, a plaidé l’acquittement. La présidente du tribunal de police a estimé que ses propos (« grosse lesbienne ») relevaient de la diffamation et non de l’incitation à la haine à l’encontre de la communauté homosexuelle. Soral a échappé à la prison ferme et écopé d’une simple amende (source : Le Parisien, 16 décembre 2022).

FRANCESCA ALBANESE. Rapporteuse spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens, l'avocate italienne Francesca Albanese, a estimé lors du conflit de 2014 entre Israël et des groupes terroristes de Gaza que le « lobby juif » avait pris le contrôle des États-Unis, que le « lobby israélien » contrôlait la BBC et qu'Israël avait déclenché la guerre par cupidité. Ses propos ont été retrouvés dans l'historique des réseaux sociaux d'Albanese par le Times of Israel qui les a révélés mercredi. Des responsables israéliens et américains ont demandé à ce qu’elle soit démise de ses fonctions (source : I24NEWS, 15 décembre 2022).

BORIS LE LAY. Le néonazi breton Boris Le Lay vit au Japon, à Kashiwa, une ville de plus de 400 000 habitants. En février dernier, un hacker était parvenu à faire tomber son site « Démocratie participative », et à récupérer de très nombreuses données, dont son adresse personnelle. Un journaliste du Télégramme a pu constater qu’il y résidait toujours (source : @Ryujin11/Twitter, 15 décembre 2022 ; Le Télégramme, 18 décembre 2022). « Au regard des ignominies que Boris Le Lay publie régulièrement, on espère que la coopération internationale jouera », a déclaré l’avocate Ilana Soskin, présidente de la commission juridique de la Licra, faisant référence à l’opération qui a permis, récemment, de procéder à l’arrestation du négationniste Vincent Reynouard, en Écosse (source : Télégramme, 16 décembre 2022).

https://twitter.com/Ryujin11/status/1603168201587712003

FRANCESOIR. Le média complotiste FranceSoir bénéficiait de centaines de milliers d’euros de dons défiscalisables, avec l’aide du Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne, puis par le biais d’une association d’extrême droite. Il a dû y renoncer, par suite du retrait, par le ministère de la Culture, de son statut de « service de presse en ligne » (source : Raphaël Grably/Twitter, 13 décembre 2022).

ÉRIC CIOTTI. Créer du buzz, de l’indignation, diffuser de fausses informations sans prendre le soin de les corriger une fois leur vraie nature révélée… constituent des techniques utilisées par Éric Ciotti, qui vient d’accéder à la présidence du parti Les Républicains. Dans l’émission « Vrai ou Fake » du service de vérifications des faits de France Info, le journaliste Julien Pain est revenu sur ces méthodes, exemples à l’appui (source : Julien Pain/Twitter, 11 décembre 2022).

ASSASSINAT DE KENNEDY. Selon les archives nationales américaines, ce sont désormais 97 % des quelque cinq millions de pages du dossier sur l’assassinat du président John Fitzgerald Kennedy (JFK) qui sont accessibles à tous. Plus de 13 000 documents liés à cet événement, qui avait provoqué la stupeur dans le monde entier, ont ainsi été rendus publics, jeudi 15 décembre, par l’agence nationale des archives (source : Le Monde, 16 décembre 2022). Cette politique de transparence n’empêche pas la complosphère de persévérer dans les fantasmes ou le mensonge, à l’image du conspirationniste Silvano Trotta, qui, sur son compte Twitter, récemment rétabli, a affirmé : « La CIA a donc fait tuer Kennedy » (source : Élie Guckert/Twitter, 17 décembre 2022). L’occasion d’un tour d’horizon du dossier de notre rédaction sur le complotisme autour de l’assassinat du 35e président des États-Unis (source : Conspiracy Watch).

ART DE LA CALOMNIE. « Il y a plus faux que le faux, c’est le mélange du vrai et du faux », rappelle Rudy Reichstadt, reprenant l’adage célèbre. Pris pour cible par la complosphère, le directeur de Conspiracy Watch rappelle dans les colonnes de Franc-Tireur, qu’il y a une manière plus perverse de mystifier le public que de, simplement, diffuser des contrevérités : « c’est de bétonner son réquisitoire au moyen d’éléments parfaitement véridiques, empêchant ainsi l’accusé de rejeter en bloc le costard de mensonges qu’on lui taille » (source : Franc-Tireur, 14 décembre 2022).

DONALD TRUMP. L’ancien président des États-Unis a dévoilé sur son réseau Truth Social une collection de « cartes numériques Donald Trump », sur un modèle bien connu des amateurs de sport, mais en version NFT – c'est-à-dire sous forme de certificats de propriété numérique. L’initiative commerciale a suscité les sarcasmes de ses opposants et l’embarras de ses partisans. À noter que depuis qu’il s’est déclaré candidat à l’élection présidentiel de 2024, le milliardaire n’a pas fait de grand meeting et va de polémiques en ennuis judiciaires (source : Le Figaro, 17 décembre 2022).

TWITTER FILES. Fin novembre, Elon Musk annonçait avec fracas la publication à venir de documents internes de l’entreprise qui devaient notamment prouver que le réseau avait bien été dirigé par des « gauchistes », censeurs des voix conservatrices, dont celle de Donald Trump. Au lieu d’un audit interne réalisé en toute transparence, les « Twitter Files » ont toutefois accouché de cinq threads publiés par des journalistes choisis par Musk. Les tweets semblent davantage vouloir valider des griefs souvent exagérés et dépourvus de contexte qu’établir un état des lieux nuancé de la modération de la plateforme (source : 20 Minutes, 13 décembre 2022).

Cet article est en accès libre.
Pour qu’il le reste, Conspiracy Watch a besoin de vous.
Je suis d'accord, je fais un don
je continue ma lecture

DÉSINFORMATION. Parallèlement à ses bombardements, le Kremlin mène une guerre qui utilise une arme de destruction massive : les fausses informations. Cette stratégie, théorisée depuis une décennie, est directement appliquée par l'État-major russe aux ordres de Vladimir Poutine. Réalisé par Elsa Guiol, le documentaire « La fabrique du mensonge. Au cœur de la propagande russe » raconte comment le Kremlin a réussi à faire vaciller les démocraties occidentales et à influencer les opinions politiques (source : France 5, 11 décembre 2022).

COMPLORAMA. Israël et des services de renseignements occidentaux accusés de « planifier » une guerre civile : c’est l’un des narratifs complotistes générés par la révolte en Iran. Des théories qui peuvent venir de l’intérieur même du pays, pour tenter de convaincre l’opinion iranienne, mais pas seulement. « Iran : le complotisme à l'heure des manifestations », c'est le 39e épisode de Complorama avec Rudy Reichstadt et Tristan Mendès France. Un podcast à retrouver sur le site de franceinfo, l'application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcasts, Podcast Addict, Spotify, ou Deezer.

ELON MUSK. Après « consultation » de sa base d’abonnés, massivement libertarienne et pro-Trump, l’homme le plus riche du monde a fait débloquer près de 12 000 comptes, qui avaient été suspendus pour des propos antisémites, racistes, misogynes, transphobes, ou des incitations à la violence. Le Monde propose un tour d’horizon en dix portraits des principales figures, toutes anglophones, qui ont fait leur retour sur le réseau social de Musk (source : Le Monde, 9 décembre 2022).

Elon Musk, justement, s'en est violemment pris sur Twitter, le 11 décembre, au Dr Anthony Fauci. L’un de ses messages a aussitôt fait polémique. « Je m'appelle Jugez/Fauci », a-t-il écrit, dans une allusion à la campagne de la droite visant à poursuivre le Dr Fauci pour de supposés délits liés à son implication dans la réponse à la pandémie. La Maison Blanche a qualifié ces attaques d’« incroyablement dangereuses ». Le spécialiste des vaccins et auteur Peter Hotez a appelé Elon Musk à supprimer le tweet. « 200.000 Américains ont inutilement perdu la vie à cause du Covid, à cause de ce type de rhétorique et de désinformation antiscientifique », a-t-il déploré (source : Le Figaro, 12 décembre 2022).

CHLOÉ FRAMMERY. Le 8 décembre, la chanteuse Céline Dion a annoncé dans une vidéo postée sur Instagram qu’elle souffrait d’un trouble neurologique grave. Quelques heures plus tard, l’influenceuse complotiste Chloé Frammery associait cette maladie à la vaccination, libérant un torrent de commentaires de semblable inspiration, expliquant notamment que la star était en manque d’adrénochrome (source : L’Extracteur/Twitter, 10 décembre 2022).

ALAIN SORAL. Le procès de l’essayiste franco-suisse d’extrême droite Alain Soral pour homophobie s’est ouvert le 7 décembre devant le tribunal de police de l’arrondissement de Lausanne. L’idéologue, qui avait été condamné à trois mois de prison ferme par le procureur général vaudois, a plaidé l’acquittement. La présidente du tribunal de police a estimé que ses propos (« grosse lesbienne ») relevaient de la diffamation et non de l’incitation à la haine à l’encontre de la communauté homosexuelle. Soral a échappé à la prison ferme et écopé d’une simple amende (source : Le Parisien, 16 décembre 2022).

FRANCESCA ALBANESE. Rapporteuse spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens, l'avocate italienne Francesca Albanese, a estimé lors du conflit de 2014 entre Israël et des groupes terroristes de Gaza que le « lobby juif » avait pris le contrôle des États-Unis, que le « lobby israélien » contrôlait la BBC et qu'Israël avait déclenché la guerre par cupidité. Ses propos ont été retrouvés dans l'historique des réseaux sociaux d'Albanese par le Times of Israel qui les a révélés mercredi. Des responsables israéliens et américains ont demandé à ce qu’elle soit démise de ses fonctions (source : I24NEWS, 15 décembre 2022).

BORIS LE LAY. Le néonazi breton Boris Le Lay vit au Japon, à Kashiwa, une ville de plus de 400 000 habitants. En février dernier, un hacker était parvenu à faire tomber son site « Démocratie participative », et à récupérer de très nombreuses données, dont son adresse personnelle. Un journaliste du Télégramme a pu constater qu’il y résidait toujours (source : @Ryujin11/Twitter, 15 décembre 2022 ; Le Télégramme, 18 décembre 2022). « Au regard des ignominies que Boris Le Lay publie régulièrement, on espère que la coopération internationale jouera », a déclaré l’avocate Ilana Soskin, présidente de la commission juridique de la Licra, faisant référence à l’opération qui a permis, récemment, de procéder à l’arrestation du négationniste Vincent Reynouard, en Écosse (source : Télégramme, 16 décembre 2022).

https://twitter.com/Ryujin11/status/1603168201587712003

FRANCESOIR. Le média complotiste FranceSoir bénéficiait de centaines de milliers d’euros de dons défiscalisables, avec l’aide du Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne, puis par le biais d’une association d’extrême droite. Il a dû y renoncer, par suite du retrait, par le ministère de la Culture, de son statut de « service de presse en ligne » (source : Raphaël Grably/Twitter, 13 décembre 2022).

ÉRIC CIOTTI. Créer du buzz, de l’indignation, diffuser de fausses informations sans prendre le soin de les corriger une fois leur vraie nature révélée… constituent des techniques utilisées par Éric Ciotti, qui vient d’accéder à la présidence du parti Les Républicains. Dans l’émission « Vrai ou Fake » du service de vérifications des faits de France Info, le journaliste Julien Pain est revenu sur ces méthodes, exemples à l’appui (source : Julien Pain/Twitter, 11 décembre 2022).

ASSASSINAT DE KENNEDY. Selon les archives nationales américaines, ce sont désormais 97 % des quelque cinq millions de pages du dossier sur l’assassinat du président John Fitzgerald Kennedy (JFK) qui sont accessibles à tous. Plus de 13 000 documents liés à cet événement, qui avait provoqué la stupeur dans le monde entier, ont ainsi été rendus publics, jeudi 15 décembre, par l’agence nationale des archives (source : Le Monde, 16 décembre 2022). Cette politique de transparence n’empêche pas la complosphère de persévérer dans les fantasmes ou le mensonge, à l’image du conspirationniste Silvano Trotta, qui, sur son compte Twitter, récemment rétabli, a affirmé : « La CIA a donc fait tuer Kennedy » (source : Élie Guckert/Twitter, 17 décembre 2022). L’occasion d’un tour d’horizon du dossier de notre rédaction sur le complotisme autour de l’assassinat du 35e président des États-Unis (source : Conspiracy Watch).

ART DE LA CALOMNIE. « Il y a plus faux que le faux, c’est le mélange du vrai et du faux », rappelle Rudy Reichstadt, reprenant l’adage célèbre. Pris pour cible par la complosphère, le directeur de Conspiracy Watch rappelle dans les colonnes de Franc-Tireur, qu’il y a une manière plus perverse de mystifier le public que de, simplement, diffuser des contrevérités : « c’est de bétonner son réquisitoire au moyen d’éléments parfaitement véridiques, empêchant ainsi l’accusé de rejeter en bloc le costard de mensonges qu’on lui taille » (source : Franc-Tireur, 14 décembre 2022).

DONALD TRUMP. L’ancien président des États-Unis a dévoilé sur son réseau Truth Social une collection de « cartes numériques Donald Trump », sur un modèle bien connu des amateurs de sport, mais en version NFT – c'est-à-dire sous forme de certificats de propriété numérique. L’initiative commerciale a suscité les sarcasmes de ses opposants et l’embarras de ses partisans. À noter que depuis qu’il s’est déclaré candidat à l’élection présidentiel de 2024, le milliardaire n’a pas fait de grand meeting et va de polémiques en ennuis judiciaires (source : Le Figaro, 17 décembre 2022).

TWITTER FILES. Fin novembre, Elon Musk annonçait avec fracas la publication à venir de documents internes de l’entreprise qui devaient notamment prouver que le réseau avait bien été dirigé par des « gauchistes », censeurs des voix conservatrices, dont celle de Donald Trump. Au lieu d’un audit interne réalisé en toute transparence, les « Twitter Files » ont toutefois accouché de cinq threads publiés par des journalistes choisis par Musk. Les tweets semblent davantage vouloir valider des griefs souvent exagérés et dépourvus de contexte qu’établir un état des lieux nuancé de la modération de la plateforme (source : 20 Minutes, 13 décembre 2022).

Depuis seize ans, Conspiracy Watch contribue à sensibiliser aux dangers du complotisme en assurant un travail d’information et de veille critique sans équivalent. Pour pérenniser nos activités, le soutien de nos lecteurs est indispensable.  

Faire un don !
Ă  propos de l'auteur
[show_profile_image]
Partager :
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
© 2007-2024 Conspiracy Watch | Une réalisation de l'Observatoire du conspirationnisme (association loi de 1901) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
cross