Ca s’est passé hier soir, vendredi 26 décembre 2008, au Zénith de Paris… Dieudonné a invité sur scène la star des négationnistes français Robert Faurisson sous un tonnerre d’applaudissements. Il a également rendu hommage à son amie Ginette Skandrani :

Voir aussi :
* Le Procès Faurisson résumé au JT d’Antenne 2 le 25 juin 1981 (site de l’INA).
* Dieudonné et l’ultra-droite, par Jean-Yves Camus.
* Nouvelle provocation de Dieudonné, Le Figaro, 28 décembre 2008.
* Dieudonné dérape encore, Le Journal du Dimanche, 28 décembre 2008.

Mise à jour (28/12/2008) :
Un « Prix de l’infréquentabilité et de l’insolence » a été remis à Faurisson par le régisseur de Dieudonné, Jacky, déguisé en pyjama bleu avec une étoile jaune sur la poitrine, que Dieudonné a présenté comme « son habit de lumière » (voir ci-dessous). Kémi Seba, Jean-Marie Le Pen et plusieurs membres du Front national faisaient partie du public.

Mise à jour (29/12/2008) :
Dans le JDD daté du 28 décembre, on peut lire :
Dans les travées du Zénith, quelques people – dont l’animateur de Questions pour un champion, Julien Lepers, qui n’a pu être joint hier – voisinaient avec le gratin de l’extrême droite : Le Pen, accompagné de son épouse Jany et de sa fille Marie-Caroline, ainsi que Patrick Bourson, l’associé du leader frontiste dans une affaire de champagne. Un peu plus loin : l’essayiste Alain de Benoist, Dominique Joly, un conseiller régional FN élu sur la liste de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon, un ancien dirigeant du GUD, et Marc Georges, alias Marc Robert, coordinateur de la campagne de Dieudonné pour la présidentielle de 2007. « Il y avait aussi des gens d’extrême gauche », tente de rééquilibrer l’humoriste, qui toutefois refuse de donner des noms : « Je ne veux gêner personne. » La militante propalestinienne (et négationniste – NDLR) Ginette Skandrani confirme sa présence, non loin du leader radical noir Kémi Seba, dont le mouvement Tribu Ka a été dissous en 2006 par le ministère de l’Intérieur.
A la fin du spectacle, une trentaine de proches de Dieudonné se sont retrouvés à l’étage, dans la zone VIP, pour partager un « verre de l’amitié ». Un participant raconte : « Ça a duré une petite demi-heure. On a bien ri. » Vers minuit, Dieudonné a accueilli près de 80 amis autour de sa guest-star, Robert Faurisson, pour réveillonner dans son théâtre de la Main d’Or, dans le 11e arrondissement de la capitale.

Mise à jour (30/12/2008) :
Mardi 30 décembre, sur France 2, Jean-Marie Le Pen a déclaré que le spectacle de Dieudonné au Zénith, l’avait « évidemment surpris », avant d’ajouter qu’il l’avait trouvé « très intéressant ». « J’étais spectateur discret parce que je n’étais pas dans la salle, j’étais au promenoir », a-t-il précisé, estimant qu’il avait assisté « à un spectacle qui est en effet très intéressant ». « C’était assez différent du spectacle de chansonnier. Il y avait une ingérence de la politique qui était étonnante mais c’est l’affaire de M. Dieudonné, ce n’est pas la mienne », a-t-il poursuivi. A la question de savoir s’il désapprouvait, le président du FN a répondu par la négative. « Je suis un spectateur, je regarde, je juge. Je trouvais que c’était étonnant, peut-être un petit peu choquant par la comparaison des sujets », a-t-il ajouté. Concernant Dieudonné, Jean-Marie Le Pen a affirmé : « ce n’est pas seulement un chansonnier de talent. C’est aussi un homme qui a du cœur ». Le leader du FN a en effet noué avec Dieudonné « des relations plus étroites qu’avec des gens ordinaires », faisant allusion à sa qualité de parrain de Plume M’Bala M’Bala, la fille de Dieudonné, baptisée le 11 juillet dernier par l’abbé Philippe Laguérie en l’église Saint-Eloi de Bordeaux, comme l’atteste le bulletin paroissial de ladite église, dans son n° 295 (septembre 2008), reproduit sur le site de l’agence Novopress.info.