Des universitaires iraniens condamnent les « théories du complot idiotes » du vice-président Rahimi
Un groupe de huit universitaires iraniens proches du Mouvement Vert (opposition, réformiste) a récemment rendu public une déclaration dénonçant fermement les propos antisémites du vice-président iranien, Mohammed Reza Rahimi, et la propagation de « théories du complot émanant d’esprits idiots ».

Mardi dernier, lors d’une conférence internationale à Téhéran, Mohammed Reza Rahimi a affirmé que le Talmud était à l’origine du trafic de drogue et visait la destruction du monde. Il a également déclaré que les Juifs se considéraient eux-mêmes comme une race supérieure, le Talmud leur enseignant d’après lui que « Dieu a créé le monde afin que les autres nations les servent ». Il a vilipendé le rôle des « Sionistes » dans la révolution russe de 1917, expliquant que, « mystérieusement », aucun juif n’était mort lors de ce soulèvement (sic). Il a enfin raconté une histoire selon laquelle des gynécologues tueraient des bébés noirs, agissant une fois encore sous les ordres des « Sionistes ».

Voici le texte de la déclaration des huit universitaires :

« Les soussignés condamnent catégoriquement le discours prononcé par M. Mohammed Reza Rahimi, vice-président de l’Iran, à la conférence internationale sur le trafic de drogue à Téhéran le 26 juin 2012. Ces accusations sans fondement qui incriminent le Talmud pour le trafic de drogue international et les génocides d’aujourd’hui sont historiquement inexactes, moralement répréhensibles, et politiquement contraires aux intérêts de la nation et de l’Etat iraniens. Il est honteux que ce genre de personnes persistent à ignorer leurs responsabilités envers le peuple iranien et deviennent un canal par lequel se propagent des théories du complot émanant d’esprits idiots. De telles accusations ne feront qu’accroître le risque de sanctions économiques et la menace d’une attaque militaire contre l’Iran. L’immense majorité des Iraniens, en manifestant massivement contre les élections volées de 2009, ont prouvé qu’ils ne reconnaissaient ni le gouvernement actuellement au pouvoir en Iran ni ses agents tout comme ses représentants sur la scène internationale.

Ardeshir Amir Arjomand (Université Shahid Beheshti), Hamid Dabashi (Columbia University), Nader Hashemi (University of Denver), Mohsen Kadivar (Duke University), Ali Mirsepasi (New York University), Mansoor Moaddel (University of Michigan), Ahmad Sadri (Lake Forest College), Mahmoud Sadri (Texas Woman’s University). »

Voir aussi, sur Conspiracy Watch :
* Pour Ahmadinejad, les "grandes puissances" propagent le sida pour dépouiller les pays pauvres
* Ahmadinejad : « Les Européens provoquent des sécheresses en Iran »