Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel











Dernières notes



La Bibliothèque
L'Obsession du complot, de Frédéric Charpier
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
L'imaginaire du complot mondial, de Pierre-André Taguieff
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter





Par Radio-Canada


Capture d'écran (chaîne YouTube de "jeanez marre")
À la suite de l'attentat meurtrier dans une mosquée de Québec, qui a coûté la vie à six hommes dimanche dernier, une histoire parallèle et clandestine s'est installée dans certains cercles sur les réseaux sociaux : l'attaque serait un vaste complot et les médias d'information tenteraient d'étouffer la vérité.

Marie-Eve Tremblay et Jeff Yates, chroniqueurs à ICI Grand Montréal, tentent de démontrer comment une théorie du complot prend naissance sur le web.

Pourquoi les journalistes ont-ils initialement rapporté qu'il y avait un deuxième suspect d'origine marocaine, avant de se raviser ? Pourquoi les médias et les services policiers tentent-ils maintenant de convaincre la population qu'il n'y a qu'un seul suspect, Alexandre Bissonnette, de Cap-Rouge ? Est-ce là la preuve que les médias essaient d'occulter la réalité ? Telles sont les questions soulevées par certaines personnes sur les médias sociaux.

Les deux chroniqueurs expliquent comment l'illusion d'un complot provient plutôt de l'empressement des journalistes de relayer l'information de dernière heure, alors qu'une enquête policière suit son cours.


Source : Radio-Canada.ca, 5 février 2017