Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme

Star Wars : Et si la destruction de l'Étoile Noire était un inside job ?

Dans une vidéo parodiant les théories du complot à propos des attentats du 11 Septembre, un youtubeur affirme que la destruction de l’Étoile Noire dans le premier volet de la saga Star Wars serait un coup monté orchestré par Dark Vador et ses deux enfants Luke Skywalker et Leia Organa...

Crédits : Lucasfilm, Ltd.

Des années après leur sortie en salles, les films de la saga Star Wars sont encore sujets à tous les discours, tous les fantasmes et toutes les interprétations. De tous les univers de science-fiction, très peu suscitent, plus de trois décennies après leur naissance, autant de productions de fans et de variations parodiques. Exemple type de la séquence que l’on pensait connaître par cœur et sur laquelle on pensait que tout avait dit et fait, l’attaque de l’Étoile Noire, station de combat de l’Empire galactique, menée par l’escadron de vaisseaux X-Wing de l’Alliance, bénéficie aujourd’hui d’une nouvelle relecture. Luke’s Change n’est certes pas la première interprétation complotiste du fait de gloire de Luke Skywalker, mais la posture paranoïaque avait rarement été exploitée à ce point. [...]

Lire la suite sur le site de Première.

 

Voir aussi :

Kassovitz élude les sources très embarrassantes de Loose Change

« Loose Change: an American coup », dernier avatar des théories conspirationnistes

Depuis quinze ans, Conspiracy Watch contribue à sensibiliser aux dangers du complotisme en assurant un travail d’information et de veille critique sans équivalent. Pour pérenniser nos activités, le soutien de nos lecteurs est indispensable.  

Faire un don !
à propos de l'auteur
[show_profile_image]
Partager :
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
© 2007-2022 Conspiracy Watch | Une réalisation de l'Observatoire du conspirationnisme (association loi de 1901) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
cross