«Barack Obama est gay», «les attentats du 11-Septembre ont été imaginés à Washington et en Israël»… Les allégations aussi loufoques que fausses auraient dû se cantonner à la sphère conspirationniste. Sauf que Wayne Madsen, celui qui les a lancées, s’est retrouvé en une du journal anglais The Observer, partenaire du Guardian.

Le site des deux journaux anglais – qui appartiennent au même groupe média – a affiché en page d’accueil une interview de Wayne Madsen, dans laquelle il affirmait que les gouvernements européens avaient l’intention de remettre des données sur leurs citoyens à la NSA. Une information censée reposer sur des documents déclassifiés disponibles sur le site de l’agence de renseignement américaine. Pourtant, pas de traces de ces sources. Pire, les révélations semblent être basées sur des citations déjà publiées sur le site «PrivacySurgeon.org», plutôt que sur des entretiens directs avec des sources.

Sur le site du Daily Beast, Michael Moynihan explique le parcours du conspirationniste qui n’en est pas à son coup d’essai : « quand il ne marmonne pas sur les juifs perfides, Madsen tente d’éclairer les lecteurs sur la passé homosexuel d’Obama », indique le journaliste.

Après un déluge de commentaires et de tweets, l’article incriminé a été retiré du site. Trop tard pour l’édition papier qui était déjà bouclée. Le faux scoop et la photo de Wayne Madsen se sont donc retrouvés dans toutes les presses anglaises.

Source : Newsring, 2 juillet 2013

Voir aussi :
* Michael Moynihan, " NSA Nutjob: Anatomy of a Fake ‘Observer’ Story ", The Daily Beast, 1er juillet 2013.
* Joshua Gillin, " Observer pulls story about NSA deal based on Wayne Madsen conspiracy theory ", Poynter.org, 1er juillet 2013.
* Wayne Madsen sur Conspiracy Watch