Tout est parti d’un discours prononcé le 1er octobre à l’université de Budapest par Karen Hughes, sous-secrétaire d’Etat américaine pour la « diplomatie publique ».

L’affaire est entendue: Nicolas Sarkozy est politiquement « pro-Américain ». Mais il se voit désormais accuser d’avoir été « formé » par les Américains, voire d’être un « agent » américain. L’accusation – absurde, disons-le tout de suite – est certes lancée par le Réseau Voltaire, source décrédibilisée depuis longtemps, mais elle est goulûment reprise par de nombreux sites et blogs, trop heureux d’enfoncer un clou contre le Président, et plusieurs internautes intrigués nous ont interpellé sur le sujet. […]

Lire la suite sur le site de Rue89.