Dans l’échafaudage des théories du complot, une grande valeur est accordée aux témoignages. En effet, plus ils sont nombreux, plus les chances augmentent de trouver des contradictions entre eux, ce qui, pour les partisans de ces thèses, devient alors la preuve irréfutable qu’il y a « anguille sous roche » et « qu’on nous cache des choses ». À l’inverse, cette abondance devrait induire une analyse de cohérence qui est souvent en défaveur des allégations des « conspirationnistes ».

L’exemple des théories du complot autour du 11 septembre est canonique de ce point de vue : non seulement les témoignages sont légion, ce qui permet aux conspirationnistes d’y trouver tout et son contraire, mais ils y ajoutent aussi des interprétations abusives et des manipulations grossières. (…)

Lire la suite sur le site de l’Association française pour l’information scientifique (AFIS).

Voir aussi :
* Pentagone : que disent les témoins oculaires ?