Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme

Crash de l'A320 de Germanwings : les théories du complot démontées

De prétendus "mensonges", de soi-disant "informations" fracassantes, des propos manipulés... Zoom sur la manière dont les complotistes réécrivent l'histoire du crash du vol 4U 9525 de Germanwings.

1. Les prétendus "mensonges" sur le suicide du copilote

Ce que disent les conspirationnistes. La thèse du suicide du co-pilote de l'avion Andreas Lubitz est "bien commode comme beaucoup de suicides sans cause brandis dès qu'une explication embarrassante doit être fournie", estime le site reseauinternational.net. L'explication du crash de l'Airbus A320 de Germanwings serait donc à chercher ailleurs.

"Le copilote Lubitz n'a pas pu vouloir se suicider, poursuit le site. Un jeune pilote reconnu à 100% apte à piloter selon les normes très, très strictes appliquées dans le domaine de l'aviation, surtout dans un pays comme l'Allemagne, ne peut se transformer, le temps d'un crash, en un psychopathe bourré de médicaments."

Pourquoi c'est fumeux. "Si le copilote de l'A320 ne s'est pas suicidé, toute la narrative officielle tombe à l'eau", affirme reseauinternational.net. Le problème, c'est que le site n'avance aucun élément pour contredire cette version des faits. A défaut de contredire la "narrative officielle", il se contente donc d'affirmer, sans preuve, qu'elle serait fausse pour mieux spéculer sur le cours des événements. (...)

Lire la suite sur le site de L'Express.

Depuis quinze ans, Conspiracy Watch contribue à sensibiliser aux dangers du complotisme en assurant un travail d’information et de veille critique sans équivalent. Pour pérenniser nos activités, le soutien de nos lecteurs est indispensable.  

Faire un don !
à propos de l'auteur
[show_profile_image]
Partager :
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
© 2007-2022 Conspiracy Watch | Une réalisation de l'Observatoire du conspirationnisme (association loi de 1901) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
cross