Dans ce « Que sais-je ? » inédit, l’historienne Valérie Igounet revient sur l’idéologie que recouvre le négationnisme, laquelle consiste à réactualiser le « mythe du complot juif international » et à l’instrumentaliser afin de dédouaner Vichy et le nazisme de leurs crimes.

Le négationnisme en France, de Valérie Igounet (PUF, 2020).

Le négationnisme naît dès la fin de la Seconde Guerre mondiale au sein de cercles dont l’antisémitisme aurait dû être définitivement discrédité par les événements. Pourtant, niant la politique d’extermination nazie, ces « révisionnistes », comme ils se désignent – car ils affirment opérer une révision de l’histoire –, prétendent que les Juifs culpabilisent l’Occident pour légitimer la création de l’État d’Israël et étendre leur domination. En total désaccord avec leurs méthodes pseudo-historiques, les historiens, à la suite d’Henry Rousso, ont rétrospectivement qualifié ce discours de « négationnisme ». Valérie Igounet revient sur ce terme et sur l’idéologie qu’il recouvre, laquelle consiste à réactualiser le « mythe du complot juif international » et à l’instrumentaliser à seule fin de dédouaner Vichy et le nazisme de leurs crimes. Elle en explore les multiples avatars, jusqu’aux plus récents, comme celui de l’antisionisme, qui prolifère non seulement dans l’extrême droite, mais également parmi les partisans d’une extrême gauche tiers-mondiste, pro-arabe et anti-israélienne.

Docteur en histoire contemporaine, Valérie Igounet est directrice adjointe de l’Observatoire du conspirationnisme. Elle est notamment l’auteur d’une Histoire du négationnisme en France (Seuil, 2000) et de Le Front national de 1972 à nos jours. Le parti, les hommes, les idées (Seuil, 2014).

Valérie Igounet, Le négationnisme en France, PUF, Que sais-je ?, 2020, 128 pages.

 

Voir aussi :

Mécaniques du complotisme : Le négationnisme

Le négationnisme, première théorie du complot ? (“Les idées claires”)