Terrorisme : pour Tariq Ramadan, il est urgent de questionner les services de renseignement
Le meurtre à l’arme blanche d’un soldat à Londres mercredi dernier par deux individus se réclamant du djihad et les révélations parues dans la presse sur le parcours de converti à l’islam radical de Michael Adebolajo, l’un des deux suspects, interrogent sur les conditions qui peuvent rendre possible un acte empreint d’un tel mélange de sauvagerie et de fanatisme. Mais pour certains, rien n’est plus urgent que de s’interroger sur les «zones d’ombre» de l’affaire, et d’enquêter avant tout, non pas sur les réseaux extrémistes, mais sur les services de renseignement qui sont chargés de les empêcher de nuire. C’est le cas de Tariq Ramadan.

Dans un tweet mis en ligne ce matin, l’islamologue écrit : « Un urgent besoin d’enquêtes indépendantes pour tous les actes terroristes. Les Renseignements doivent être questionnés. Tant de zones d’ombre ».

Le commentaire de Tariq Ramadan (doublé d’un second en anglais) est intervenu peu après la publication d’une dépêche de l’AFP rapportant que «le MI5 aurait tenté de recruter un des suspects».

En fait, cette information se base sur le témoignage d’Abou Nusaybah, ami depuis 2002 de Michael Adebolajo. Interviewé par la BBC vendredi 24 mai, Nusaybah a déclaré qu’Adebolajo aurait été « harcelé par le MI5 » pour obtenir des renseignements sur certains ressortissants nigérians. Selon Nusaybah, les services britanniques auraient fini par demander au futur tueur s’il voulait travailler pour eux.

Les partisans de la thèse du complot verront dans ce témoignage matière à accuser les services secrets britanniques d’avoir manipulé les tueurs dans le but de maintenir artificiellement le pays dans la peur du terrorisme islamiste. Pourtant, dans une vidéo amateur prise dans les instants qui ont suivi le meurtre du soldat britannique et rendue publique par The Sun, Michael Adebolajo a commenté son geste dans des termes qui laissent peu de doutes sur ses motivations :

« La seule raison pour laquelle nous avons tué cet homme aujourd’hui, c’est parce que des musulmans sont tués quotidiennement par des soldats britanniques. Avec ce soldat britannique, c’est œil pour œil et dent pour dent. (…) Nous jurons par Allah le tout puissant que nous n’arrêterons jamais de vous combattre tant que vous ne nous laisserez pas tranquille. Qu’est-ce que cela peut faire que nous voulions vivre selon la Charia en terres musulmanes ? (…) Pourquoi cela signifie-t-il que vous devez nous poursuivre, nous traquer, nous traiter d’extrémistes et nous tuer ? Mon frère, c’est vous les extrémistes ! Quand vous larguez des bombes, vous pensez que ça ne tue qu’une personne ou que vos bombes déciment une famille entière ? C’est la réalité. (…) Je m’excuse que des femmes aient été témoins de ce qui s’est passé aujourd’hui mais, dans nos terres, nos femmes voient le même genre de choses. Vous ne serez jamais en sécurité. Renversez votre gouvernement. Ils ne prennent pas soin de vous. (…) Pensez-vous que David Cameron va se faire attraper dans la rue quand nous allons commencer à sortir nos flingues ? Vous pensez que vos politiciens vont mourir ? Non, ce sera le gars lambda, comme vous ou vos enfants. Donc, débarrassez-vous d’eux. Dites-leur de ramener nos soldats à la maison pour que nous, pour que vous puissiez tous vivre en paix. (…) Laissez nos terres tranquilles et vous vivrez en paix, c’est tout ce que j’ai à dire. (…) Paix sur Mahomet ».

Voir aussi :
* Mali : les élucubrations de Tariq Ramadan (Marianne, 26 janvier 2013)
* Mathieu Kassovitz remet en cause la culpabilité de Merah (Le Figaro.fr, 12 juin 2012)
* Hervé Gattegno à propos de la menace terroriste (Le Point.fr, 30 septembre 2010)