Tariq Ramadan dans l’émission « On n’est pas couché » (France 2, 26 septembre 2009)

C’est un post qui n’est pas passé inaperçu sur les réseaux sociaux mais dont le landerneau médiatique n’a étrangement pas parlé. Embarras face à l’énième dérapage d’un intellectuel en qui certains continuent à vouloir voir le porte-parole d’une communauté musulmane assaillie par l’angoisse sur son avenir ? Souci de ne pas faire une publicité indue à un polémiste déjà largement discrédité ? Indifférence pilatiste quant à un post dirigé, notamment, contre un autre intellectuel, Bernard-Henri Lévy, dont on sait les réactions hystériques que ses seules initiales suscitent sur Internet ?

Toujours est-il que l’articulet posté par Tariq Ramadan sur ses comptes Facebook et Twitter le dimanche 14 février dernier, le lendemain de la diffusion de l’émission « On n’est pas couché », a été partagé 1595 fois, soit significativement bien plus que la plupart de ses posts.

Il faut dire que Tariq Ramadan se lâche. Le titre du post, « L’esprit du sionisme » (il le modifiera dans un second temps en « L’esprit du sionisme… contre l’Esprit du judaïsme »), est à lui seul tout un programme. Après avoir suggéré que Bernard-Henri Lévy – qualifié pour la circonstance d’« agent intellectuel du Mossad » (sic) – serait allé en Libye «mû par les intérêts israéliens relatifs à l’élimination de Kadhafi», l’islamologue suisse conclut :

« Au fond il ne faut pas en vouloir à Laurent Ruquier car il n’a pas vraiment le choix : inviter Bernard-Henri Levy lui est fortement imposé comme le fait d’écarter certains auteurs lui est très gentiment conseillé, voire ordonné. Il ne faut pas lui en vouloir, sincèrement, car telle est la réalité de la triste France d’aujourd’hui où les libertés sont sélectives, comme les indignations. »

Laurent Ruquier « n’a pas le choix »

Tariq Ramadan nous explique en substance que les Français vivent sans le savoir sous le joug d’un lobby sioniste omnipotent faisant la pluie et le beau temps sur les plateaux de télévision. Et ses fans l’ont bien compris sur Facebook qui développent et reformulent la pensée du maître :

« Les médias on le sait sont des vendus » peste Hakima Cacouch. « Non les médias ne sont pas des vendus, c’est juste qu’ils sont contrôlés par une certaine communauté dont on ne peut pas critiquer » (sic) rétorque Nicolas Lacombe. «Une minorité qui mène le monde entier à la baguette» renchérit Hakima. Plus loin, Lynda Ferdjani fulmine : « C’est ça la France de la liberté d’expression… Inviter des pseudos intellectuels pro sionistes, faire l’éloge d’un Etat assassin… Ruquier n’est pas libre d’inviter qui il veut ».

Dans la même veine, Raouf Fahem assure que Laurent Ruquier « n’est pas maître de son émission même si sur les quelques passages que j’ai pu voir il donne clairement, mais quand même avec une certaine révérence et soumission, le change et la critique à BHL en restant toujours modéré et prudent malgré la gravité des propos que l’on entend. Il peut avoir le choix de mettre sa carrière sur la table et il préfère se conformer il est par conséquent responsable. »

Autre échange lourd de sous-entendus entre Rabah Labib et Nounous Moha :
« Ruquier est un vendu, d’ailleurs, il n’invite jamais ni Tariq Ramadan ni Michel Collon, ni Dieudonné… ».
« Il n’a pas le choix, crois-moi ».
« Oui je sais bien, sinon il saute ».

Pour Yasmina Aboufirass, « Léa (Salamé) n’a pas pu exprimer ce qu’elle pensait malheureusement…Trop peur de perdre sa place à la télé et radio ». Quant à Aziz Abdoul Aziz, il confesse avoir « vécu en direct la dictature de l’info au pays de la liberté d’expression ». Souleyman Chahed, lui, a « l’impression de vivre en Israël et non dans un pays qui s’appelle la France ». La raison à tout cela ? Vakoslokos Lopez l’affirme sans détour : « Le sionisme dirige les médias, et dicte les lignes de conduite… ». Quant à Elliot Wald Ness , il croit savoir que « BHL (…) est un sioniste notoire, un agent du Mossad, cela a été dit mais surtout, ce qu’il faut savoir, c’est que c’est un sataniste. Il adore SATAN ».

Le reste est à l’avenant. Sur près de 400 commentaires postés, deux s’alarment des sous-entendus complotistes du message de Tariq Ramadan :

Baptiste B. : « En fait, je crois que je vous estimais plus ou moins avant que vous ne tombiez dans le complotisme de bas étage. »

Frere Fang : « Quand au BHL « agent du Mossad » et le sous entendu que la télévision est contrôlé par les juifs… Plus que douteux ! »

On ignore si les téléspectateurs de France 2 ont été, ce soir-là, conquis par « l’esprit du judaïsme » ou abusés par « l’esprit du sionisme ». Les fans de Tariq Ramadan, eux, semblent avoir bien assimilé l’esprit du conspirationnisme.

 

Voir aussi :