Le 7 octobre, le président vénézuélien Hugo Chavez brigue un troisième mandat. L’opposition a choisi comme candidat Henrique Capriles Radonski, ancien gouverneur de l’Etat de Miranda (à l’est de Caracas).

Tous ceux qui ont assisté à ses discours le savent, Chavez a le verbe facile et l’insulte sur le bout de la langue. Il a rejeté un débat télévisé avec le candidat de l’opposition avec un simple argument : ce dernier serait un « nul ». La disqualification est une ressource commode pour ceux qui refusent la contradiction et le dialogue. Chavez traite son adversaire de « jalabola » (lèche cul) de l’impérialisme ou de l’Empire et de candidat « majunche » (falot, médiocre). Chavez se présente lui-même comme « candidat de la patrie ». Il a donc désigné son opposant comme le « candidat de l’anti-patrie ». C’est un classique du répertoire nationaliste : ainsi, « l’anti-France » désignait pêle-mêle les juifs, les maçons, les communistes…

Mais Chavez ne s’est pas contenté de pointer du doigt Capriles comme « candidat de l’étranger » : il est passé de « candidat anti-patrie » à « candidat apatride ». (…)

Lire la suite sur Le Monde.fr.

Voir aussi :
* Venezuela : l’opposant Henrique Capriles, cible de la théorie du complot
* Les Protocoles des Sages de Sion s’invitent sur la radio nationale vénézuélienne