Le journal russe indépendant Vedomosti et l’institut de veille médiatique Medialogia ont réalisé une enquête sur la place des théories du complot dans les médias russes dont les résultats viennent d’être publiés. Le succès rencontré par ces thèses au cours des dernières années s’inscrirait dans un processus de désinformation tout à fait conscient.

“Pourquoi les théories du complot sont de plus en plus populaires” (“Vedomosti”, 11 mai 2018 – capture d’écran)

L’enquête portait sur les données de 43.000 médias (télévision, radio, presse écrite et en ligne) sur la période allant du début de l’année 2011 à la fin de l’année 2017. L’évaluation des théories a été pondérée par divers critères (importance et statut du média, temps de diffusion, place de l’information dans les pages imprimées…). Le comptage du nombre total de mentions de chaque théorie, par année, révèle une augmentation très significative des références aux complots, dans leur diversité. Six à neuf fois plus fréquentes au terme de la période qu’à ses débuts, elles permettent d’établir un palmarès duquel se dégage un ensemble de dix théories, présentées dans les lignes qui suivent par ordre d’importance.

  1. Un réseau d’historiens comploterait contre la Russie

Une attaque coordonnée viserait à falsifier et à déformer l’histoire du pays. Avec un total de 15.730 mentions au cours des sept dernières années, il est fait 9,3 fois plus référence à cette théorie au dernier trimestre de l’année 2017 (5.808 mentions) qu’au premier trimestre de l’année 2011 (619). Le quotidien Vedomosti souligne le rôle joué, dans la propagation de cette théorie, par de nombreux politiciens et leaders d’opinion, au premier rang desquels le président de la Fédération de Russie ou encore le ministre de la Culture. La sortie du film Matilda, en octobre 2017, sur un épisode controversé de la vie du tsar Nicolas II, a constitué à ce titre l’un des pics de l’évocation de cette théorie.

  1. Il existerait un gouvernement mondial secret

Cette théorie bien connue du « nouvel ordre mondial » repose notamment sur la stigmatisation de figures comme celles de George Soros ou des Rothschild. « Comment la famille Rothschild lutte-t-elle pour contrôler le monde ? » : la question a pu être sérieusement posée dans un programme de la première chaîne d’État, Pervy Kanal, en 2017, au cours duquel Emmanuel Macron a été présenté comme « l’homme de la famille [Rothschild] ». Les références à cette théorie ont été multipliées par six au cours de la période étudiée, avec un total de 1.365 mentions au quatrième trimestre 2017.

  1. Le SIDA serait un hoax

La référence à cette théorie du complot a connu une explosion entre le premier trimestre 2011 (75 mentions) et le quatrième trimestre 2017 (2.700), soit trente-six fois plus. On notera que cette théorie a des antécédents historiques puisque l’URSS, pendant la Guerre Froide, diffusait déjà la fausse information selon laquelle le SIDA avait été créé par le département de la Défense des États-Unis.

  1. La dangerosité de la nourriture génétiquement modifiée serait tenue secrète

Il a notamment été dit sur une chaîne de télévision d’État que les États-Unis achetaient des terres en Ukraine pour y effectuer des cultures génétiquement modifiées. Corollaire de l’opération, la famine devrait survenir dans ce pays. Les références à cette théorie des OGM sont 9,7 fois plus nombreuses en fin de période qu’au début.

  1. Le monde serait contrôlé par des lézards, des aliens ou les deux

Avec un total de 18.102 mentions en sept ans, cette théorie fait l’objet de 2.270 mentions au quatrième trimestre 2017 pour 263 au premier trimestre 2011, soit 8,6 fois plus. En 2013, une candidate aux élections municipales de Moscou s’était fait, par exemple, une certaine publicité en affirmant que des reptiles originaires d’une planète fictive s’étaient installés dans une région montagneuse du sud de la Russie, où ils avaient anéanti la civilisation slave.

  1. L’alunissage américain serait une mise en scène

Cette théorie a connu un développement considérable depuis 2011 avec 11,2 fois plus de mentions fin 2017. Le média pro-gouvernemental Sputnik a lui-même entretenu les doutes sur la réalité de la mission américaine sur la Lune : au début de l’année 2017, il avait annoncé qu’un groupe d’ingénieurs russes avait l’intention de lancer un satellite afin d’aller vérifier la réalité de la mission américaine de 1969 sur la base d’éventuelles traces qu’elles devraient y avoir laissé.

  1. La vaccination serait extrêmement dangereuse

Des effets indésirables des vaccins dissimulés, un agenda et des accords cachés, un programme de vaccination masquant une attaque biologique… Les médias russes, pro-gouvernementaux compris, se réfèrent 6,2 fois plus souvent à cette théorie fin 2017 qu’au début de l’année 2011.

  1. Un lobby gay chercherait à détruire les fondements moraux de la Russie

Igor Prokopenko sur REN TV (YouTube)

La théorie qui estime que ce « lobby » cherche à déstabiliser la société russe se retrouve dans la propagande officielle du Kremlin, notamment sur Sputnik ou REN TV. Bien qu’en huitième position dans le nombre total de référence sur la période étudiée, elle connaît un succès évident puisque les mentions sont 12,9 fois plus nombreuses en fin de période qu’en début. « L’Europe est le royaume des gays » : tel était par exemple le titre d’un programme diffusé en 2015 par REN TV présenté par le journaliste Igor Prokopenko, vainqueur du prix 2017 de la télévision russe nationale, pour le meilleur programme éducatif.

  1. La Terre est plate

Le même Igor Prokopenko est aussi l’auteur d’un programme où il a déclaré que la Terre était plate. Cette théorie est celle qui se répand le plus vite avec 44,6 fois plus de mentions en fin de période qu’au début.

  1. Le monde est contrôlé par les francs-maçons

La vielle théorie du complot maçonnique demeure une valeur sûre, avec une récente résurgence puisque, particulièrement colportée par REN TV, sa fréquence a été multipliée par 5,9 au cours de la période enquêtée.

La désinformation à l’œuvre en Russie, et notamment dans les médias pro-gouvernementaux, contribue à la propagation de ces théories. À l’inverse, le complotisme nourrit la désinformation, dans un environnement où le contrôle de l’État sur les médias est important. On peut parler à ce titre d’une campagne de désinformation à laquelle prend part le Kremlin. Interrogé sur l’enquête de Vedomosti/Medialogia, le psychologue Dmitry Leontiev de la National Research University Higher School of Economics analyse le succès des théories du complot comme le résultat d’un ordre social dans lequel « la distinction entre le vrai et le faux a cessé d’être pertinente. » Pour le psychologue, « les théories du complot sont intégrées dans l’information politique dans des médias où la vérité joue un rôle secondaire, et où les messages, même de sources officielles, mêlent des informations justes avec des déclarations qui ne sont pas vérifiées. » 

(D’après EU vs Disinfo)