Pierre Bergé et Le Monde accusés de complot ''christianophobe''

Dans un texte mis en ligne lundi dernier sur le site de l’Institut Civitas, l’activiste intégriste belge Alain Escada critique la couverture médiatique consacrée aux incidents qui ont émaillé depuis une dizaine de jours les représentations de la pièce de théâtre de Romeo Castellucci, “Sur le concept du visage du fils de Dieu”.

Selon Alain Escada, les journalistes du Monde s’exerceraient à une véritable « manipulation des esprits » visant à disqualifier ceux qui manifestent contre le caractère jugé « christianophobe » du spectacle. « Or, il faut savoir, poursuit Alain Escada, que le journal Le Monde a pour président du directoire du conseil de surveillance un certain Pierre Bergé. Et la fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent est justement, quel hasard, “grand mécène” du Festival d’Automne de Paris qui a programmé Golgota Picnic, second spectacle blasphématoire qui suscite l’ire des chrétiens. (…) De la sorte, quelques journalistes aux ordres ont pour mission d’éluder le vrai débat ».

En d’autres termes, Pierre Bergé, mu par une secrète christianophobie, aurait intimé aux journalistes du Monde de faire diversion sur les véritables motivations des manifestants en les caricaturant.

Issu de la mouvance nationale-catholique, Alain Escada préside l’association Belgique & Chrétienté. Ce proche de Bruno Gollnisch milite activement contre l’IVG. Il est le porte-parole de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X de Belgique et le secrétaire général de l’Institut Civitas, une organisation qui revendique un millier de membres.

« Secrètes officines »

Le 29 octobre, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France, a condamné sur Radio Notre-Dame les agissements d’un « groupuscule qui se réclame de l’Eglise catholique sans aucun mandat ». Toutefois, le 18 octobre dernier, Mgr Marc Aillet (consacré évêque de Bayonne, Lescar et Oloron par le Saint-Siège en 2008) avait dénoncé, dans un message adressé à l’Institut Civitas, les « secrètes officines (qui) diligenteraient, de près ou de loin la christianophobie ambiante ».

Voir aussi :
* Abel Mestre et Caroline Monnot, « Extrême-droite : la mouvance intégriste cherche sa revanche », Le Monde, 28 octobre 2011.