Mort de Marilyn Monroe : 50 ans de spéculations conspirationnistes
Marilyn Monroe a-t-elle été assassinée ? C’est l’une des théories du complot les plus débattues des cinquante dernières années. L’une des plus lucratives également si l’on en juge par le nombre d’ouvrages édités et réédités qui s’attachent à développer la thèse d’une conspiration. Retrouvée morte à son domicile de Los Angeles le matin du dimanche 5 août 1962, l’actrice est officiellement décédée d’un empoisonnement aux barbituriques. Elle était âgée de 36 ans.

Suicide ou accident, le mystère reste entier. Le médecin légiste qui a procédé à son autopsie, le Dr Noguchi, a conclu à un « suicide probable », suite à une prise excessive de Nembutal, un puissant sédatif. La thèse du suicide est corroborée par plusieurs témoignages (Marilyn avait déjà tenté de se suicider) et notamment celui du psychiatre de la star, le Dr Ralph Greenson, qui, la veille au soir, l’avait trouvée particulièrement angoissée et ne voulait pas qu’elle reste seule. Mais selon d’autres témoignages, l’actrice n’était pas suicidaire. Marilyn, sans avoir l’intention de mettre fin à ses jours, a pu ingérer accidentellement une trop grande quantité de somnifères ou des médicaments dont le mélange l’a tuée. A moins que le Dr Greenson n’ait commis une erreur médicale…

Auteur de Marilyn Monroe: The Biography (1993), Donald Spoto penche pour la thèse de l’erreur médicale : Greenson et Eunice Murray, la bonne à tout faire de l’actrice, lui auraient administré un lavement à l’hydrate de chloral ignorant qu’elle avait préalablement absorbé du Nembutal. Le mélange des deux produits, réputé extrêmement dangereux, aurait entraîné la mort. Mais un demi-siècle plus tard, rien ne permet de l’affirmer avec certitude.

D’autres auteurs vont beaucoup plus loin, faisant leur miel des irrégularités de procédures, des témoignages discordants et montant en épingle des détails et autres éléments troublants. Comme l’indique Associated Press, ces théories « reposent sur l’écart de 35 minutes entre le moment où le médecin de Monroe l’a déclarée morte et celui où la police est arrivée sur les lieux, un registre d’appels incomplet et l’absence de tests toxicologiques menés sur les organes digestifs de l’actrice ».

Dans The Marilyn Conspiracy (1986) et Crypt 33: The Saga of Marilyn Monroe (1993), le détective privé Milo Speriglio soutient que la star a en fait été assassinée par la Mafia. C’est aussi la thèse de Chuck Giancana, le petit frère du mafioso Sam Giancana. Dans Double Cross: The Explosive, Inside Story of the Mobster Who Controlled America, il explique que son grand-frère, avec qui Marilyn avait passé la soirée peu de temps avant sa mort, l’a faite éliminer pour se venger de la politique de Robert Kennedy, hostile aux activités de la Mafia, laquelle avait pourtant rendu des services à la famille Kennedy.

Mais la théorie du complot qui a le plus de succès est sans conteste celle qui accuse carrément les frères Kennedy au motif que l’actrice se serait apprêtée à faire des révélations compromettantes sur JFK avec qui elle a eu une liaison.

Deux ans après la mort de Marilyn, Frank Capell développe ainsi la thèse d’un complot « communiste » dans lequel serait directement impliqué Robert Kennedy (The Strange Death of Marilyn Monroe, 1964).

Avec Life and Curious Death of Marilyn Monroe (1974) et The Marilyn Files (1992), Robert Slatzer explore une piste voisine : selon lui, l’actrice a été éliminée par les services secrets sur ordre de Robert Kennedy. Slatzer prétend également avoir été brièvement marié à Marilyn en 1952 – ce qu’aucun de se biographes ne confirme.

En 1998, Donald Wolfe publie The Assassination Of Marilyn Monroe (paru en 2000 en version française sous le titre Marilyne Monroe : Enquête sur un assassinat). Scénariste à Hollywood, Wolfe affirme que l’actrice est morte d’une injection d’adrénaline intracardiaque qui aurait été pratiquée sur son corps inanimé par Ralph Greenson. Là encore, le commanditaire de l’homicide ne serait autre que Robert Kennedy en personne.

Publié en 1992, The Murder of Marilyn Monroe présente également la thèse d’un assassinat commandité par les Kennedy mais exécuté cette fois-ci par la Mafia. Les auteurs du livre sont quatre mediums qui prétendent être entrés en contact avec les esprits de John Kennedy, Robert Kennedy et Sam Giancana au cours de séances de méditation.

Dans un genre tout aussi extravagant, l’ufologue conspirationniste Donald R. Burleson explique dans UFOs and the Murder of Marilyn Monroe (2003) que la comédienne a été éliminée par le Gouvernement pour l’empêcher de révéler ce qu’elle savait à propos de crash d’ovnis classés top secret.