Il est en ligne depuis plus de dix ans sur Internet et circule aussi bien en République démocratique du Congo qu’au Rwanda depuis une trentaine d’années. Ce texte apocryphe, intitulé « Plan de la Dynastie Tutsi pour coloniser le Kivu », « Plan de la colonisation Tutsi au Kivu » ou encore « Plan de la colonisation Hima-Tutsi de la région des Grands-Lacs » se présente comme un programme en 18 points attribué à des dirigeants tutsi se fixant pour but de soumettre les Hutu du Rwanda et de s’emparer de toute l’Afrique centrale. Le «plan», est-il précisé, « a été conçu le 6 août 1962 et gardé ultra-secret par les Tutsi jusqu’à sa découverte à Nyamitaba lors des troubles du 15 septembre 1962 à Matanda Karuba-Kibari au Nord Kivu ».

Directeur de recherche en histoire de l’Afrique au CNRS, Jean-Pierre Chrétien est parvenu à retracer la genèse de ce faux propre à attiser la haine à l’égard des Tutsi :

« Ce “plan”, digne des Protocoles des Sages de Sion, a été diffusé depuis les années 1960 dans le Kivu, relancé dans les années 80 par certains services rwandais et orchestré par la propagande de Kangura, de la Radio-Télévision Libre des Mille Collines et du régime Habyarimana ».

« La “découverte” de ce “plan” au Nord-Kivu en “août 1962”, renvoie aux affrontements entre autochtones bahunde et immigrés tutsi suscités dans cette région par la loi congolaise d’avril 1962 qui divisait le Kivu en deux nouvelles provinces. En fait, sa véritable émergence dans les rumeurs politiques du Zaïre et du Rwanda date du début des années quatre-vingt. (…) Ce “plan” à éclipse, qui refait surface à chaque période de tension, a tous les traits d’un tract de provocation ».

La comparaison avec les Protocoles des Sages de Sion n’est pas gratuite. Le style utilisé, décrivant par le détail un complot auquel tous les Tutsi sont invités à prendre part, est en effet très proche du célèbre faux antisémite. Il suffit, pour s’en convaincre, de lire le texte de ce fameux « Plan » que nous reproduisons intégralement ici (Muhutu et Mututsi signifient respectivement « individu hutu » et « individu tutsi » ; Bahutu et Batutsi sont les formes plurielles) :

« Puisque nous sommes numériquement faibles au Kivu et que nous, pendant les élections de 1960 avons réussi d’une façon très magistrale à nous fixer au pouvoir en nous servant de la naïveté Bantoue et que d’autre part notre malignité a été découverte un peu plus tard par les Congolais, tout Mututsi de quelle région qui soit est tenu à appliquer le plan ci-dessous et d’y présenter une très large diffusion dans les milieux tutsi du district des Volcans.

1. Sachez que les Bahutu sont apparentés aux Congolais et que notre méthode de colonisation doit par conséquent s’appliquer à ces deux sujets.

2. Mettez tous les moyens que nous avons employé au Rwanda en œuvre pour soumettre les Bahutu du Congo et de toutes les autres ethnies qui les entourent, procédez méthodiquement et progressivement car une moindre préoccupation risquerait d’éveiller leur appel à la conquête de Rwabugili, notre, héros national.

3. Première tâche de tout intellectuel est d’essayer de décrocher un autre commandement dans le (?) territorial car vous êtes sans ignorer l’importance de ce service dans la diffusion des idées politiques dans la masse ignorante.

4. Tout intellectuel Mututsi est tenu de se faire un ami dans tous Les services administratifs de la République du Congo pour lui permettre de s’initier à la machine administrative de ce service en vue de se préparer au remplacement éventuel, à la responsabilité de ce service.

5. Puisque nous ne pouvons pas remplacer les élus Bahutu, faisons en des amis. Offrons-leurs quelques cadeaux et surtout de la bière afin de leur tirer les vers du nez. Offrons-leur nos filles et au besoin marrions-les à eux, les Bahutus résisteront très difficilement à leur beauté angélique.

6. Quand nous aurons acquis tous les postes importants, nous serons bien placés pour muter tous les ennemis Bantous à notre guise et surtout les remplacer par nos agents.

7. Envers la masse hutu, usez du pacte de sang, vous connaissez d’ailleurs l’inefficacité du pacte, ne l’avons-nous pas déjà violé sans aucun mal ?

8. Servez-vous de la crédulité des évolués Bahutu et faites-vous en les instruments pour défendre notre cause et admettre notre campagne électorale. Dès que la campagne est passée, payez-les en monnaie de singe pour montrer leur incapacité.

9. Tout territorial tutsi est tenu à user de la peur pour affermir son autorité auprès de la masse crédule Bantous.

10. Les fonctionnaires à notre domination, nous les ridiculiserons auprès des Bantous ignorants et les traiterons d’ambitieux. Ils seront d’ailleurs très peu nombreux car un hutu se soucie peu du sort de ses semblables.

11. Dès que la conscience ethnique naît, divisons les promoteurs de cette conscience. “Diviser pour régner”.

12. Soumettons les gens des autres ethnies qui sont déjà dans nos filets et surtout nos vendus Bahutu pour qu’ils fassent une campagne à nôtre faveur.

13. Sachez qu’un hutu est créé pour servir et que jamais il ne briguera un poste de responsabilité. Quand ils s’en rendront compte, ce sera trop tard. Commencez par occuper tous les postes territoriaux et chaque territoire du District des Volcans, un administrateur veille à nos intérêts.

14. Essayez de maintenir les agents de l’État Bahutu dans le complexe d’infériorité.

15. Les Bahutu conscients du sort de leurs frères seront éloignés de ce District afin qu’ils n’aient pas une influence sur la masse.

16. Nous faisons appel toute la Jeunesse tutsi pour qu’elle rejoigne l’AJIR car si malgré notre finesse, nous ne réussissons pas, nous ferons appel à la violence. Cette jeunesse aura pour devoir de soutenir les territoriaux tutsi et
répondre par la terreur de nos agents acolytes.

17. Pendant ces moments difficiles, nous demanderons à tous les Batutsi de soutenir le gouvernement de Jean Miruho où nous étions représentés par deux ministres, car la chute de ce gouvernement est notre propre chute. Miruho n’était-il pas déjà dans nos filets ?

18. Combattre les Wanande et Bahunde ennemis de notre protégé Miruho Jean, en nous servant bien entendu de Bahutu naïfs, Sachez que les Bahutu sont gourmands. Offrez-leur beaucoup de la bière et distribuez leur beaucoup d’argent. Nous avons beaucoup d’argent fraudé et 65 000 000 F qu’on devait aux moniteurs catholiques. »

Sources :