Avec La Démocratie des crédules, son livre consacré aux mythes politiques, le sociologue Gérald Bronner rafle tous les prix. Entretien.

Le Nouvel Observateur : Dans votre livre, La Démocratie des crédules, vous observez que les mythes conspirationnistes envahissent l’esprit de nos contemporains. La France, par rapport à l’Allemagne et aux Etats-Unis, semble plutôt épargnée. Comment l’expliquez-vous ?

Gérald Bronner : Je ne pense pas que la France soit épargnée. Elle est moins sensible que d’autres pays aux mythes du complot concernant le 11-Septembre par exemple. Il existe sur ce point des différences nationales. Par exemple, on trouve 26% de conspirationnistes du 11-Septembre en Allemagne, mais c’est en ex-Allemagne de l’Est que les scores sont les plus forts. On peut supposer qu’il s’agit d’un héritage américanophobe.

Aux Etats-Unis, une enquête a montré que 36% des Américains jugeaient probable l’implication d’officiers fédéraux dans les attentats. En revanche, de nombreux indicateurs de méfiance vis-à-vis du corps politique sont dans le rouge dans notre pays (seuls 30% de nos concitoyens pensent que les hommes politiques sont plutôt honnêtes) et cela est favorable au conspirationnisme. (…)

Lire la suite sur le site du Nouvel Obs.