Pierre-André Taguieff est l’auteur du livre Du diable en politique. Réflexions sur l’antilepénisme ordinaire, qui parait le 15 mai chez CNRS Éditions. Voici plusieurs extraits en exclusivité pour le Huffington Post.

On peut définir la diabolisation comme un acte de discours à visée polémique consistant à transformer en diable, ou en représentant du Mal, un adversaire, individuel ou collectif, traité en ennemi absolu. Elle représente une forme de catégorisation négative d’un individu ou d’un groupe humain, dans le cadre d’un conflit ou d’un affrontement. Elle implique une déshumanisation de l’autre, qui fait l’objet d’une réduction (à une figure non humaine) et d’une reconstruction, faisant surgir une altérité intrinsèquement négative et chimérique. Les propagandes politiques y recourent, comme les propagandes de guerre. Il s’agit à la fois de faire peur et de faire haïr, pour faire agir dans un certain sens. La diabolisation constitue donc une méthode d’illégitimation d’un adversaire, d’un opposant, d’un concurrent, d’un contradicteur, qui sont par là même transformés en ennemis, et en ennemis redoutables. (…)

Lire la suite sur Le Huffington Post.

Voir aussi :
* Théories du complot : 11 questions à Pierre-André Taguieff