Comment l'agression de Berlusconi est devenue un complot
Depuis quelques jours, la thèse selon laquelle l’agression de Silvio Berlusconi serait un complot ourdi par le Cavaliere lui-même pour remonter dans les sondages se répand en Italie. Sous les schémas conspirationistes classiques apparait en filigrane la défiance à l’égard du Président du Conseil et des médias sous son emprise.

Pas de hasard, pas de malveillance, pas de folie… une ballet bien organisé. Selon une vidéo de 4 minutes 34 postée sur Youtube, l’agression de Silvio Berlusconi n’est pas le fait de Massimo Tartaglia, patient régulier des institutions psychiatriques italiennes, mais bel et bien du Cavaliere lui-même. Image par image, à la manière du documentaire Loose change, référence des partisans de la thèse conspirationiste sur les attentats du 11 septembre 2001, cette séquence sème le doute en Italie, ralliant même intellectuels, politiques ou encore journalistes, comme Giorgio Bocca, célèbre pour ses enquêtes sur la Mafia, qui n’hésite pas à déceler dans l’agression du président du Conseil « de fortes analogies avec l’incendie du Reichstag ». Une mécanique bien huilée et connue de tous, celle de la théorie du complot.

Lire la suite sur le site de Marianne2.fr.