En Turquie, le « complot judéo-islamiste » fait vendre
La thèse du complot juif est ancienne en Turquie. Elle est essentiellement relayée par les islamistes turcs qui, ne pardonnant pas à Mustafa Kemal Atatürk d’avoir abolit le califat, n’ont de cesse de colporter la rumeur selon laquelle le père de la nation turc était en réalité un dönme, c’est-à-dire un juif faussement converti à l’islam.

Mais les temps changent…

Vendu à plus de 500 000 exemplaires, Musa’nin çocuklari est un best-seller en Turquie. L’auteur de ce pamphlet à la fois antisémite et anti-AKP (Adalet ve Kalkinma Partisi ou Parti de la justice et du développement) est un kémaliste pur sucre. L’originalité du brûlot tient dans sa thèse : le sionisme aurait pour objectif de transformer la Turquie en République islamique. Recep Tayyip Erdogan, l’actuel Premier ministre turc, ne serait rien d’autre que la « marionnette des Juifs » et la laïcité turque – chère aux kémalistes – serait menacée par un double complot judéo-islamiste !