“Zéon après l’audience du procès intenté par la LICRA et le BNVCA le vendredi 20 septembre”, YouTube, 20 septembre 2013.

Ses premiers dessins datent de 2007. Quatre ans auparavant, comme il l’explique, il prenait conscience de l’existence du « lobby sioniste et de son influence sur la France » alors que Dieudonné M’Bala M’Bala était « banni des médias officiels pour un sketch sur Israël ».

Pascal Fernandez dit “Zéon” (1984 -) est un fidèle de la sphère soralo-dieudonniste. Il a été condamné avec Alain Soral le 21 décembre 2017 par le Tribunal correctionnel de Bobigny à 3 000 euros d’amende pour la publication de dessins antisémites sur le site Egalité & Réconciliation. L’un d’entre eux, intitulé « Shoah Business »,  représente une caisse enregistreuse – surmontée de la porte d’entrée du camp d’Auschwitz – remplie de billets de banque et affichant le chiffre 6 millions, référence au nombre de Juifs exterminés par les nazis. Avec lui, le caricaturiste remporte, en mai 2016, le premier prix du « Concours international de caricatures sur l’Holocauste » organisé par une institution financée par Téhéran. Zéon considère que son dessin « dénonce la marchandisation et l’utilisation comme arme politique de l’Holocauste, qui est aussi un des principaux tabous “sacrés” du monde occidental contemporain » . Et de qualifier le « Shoah Business » d’« arme de domination politique, de racket et d’intimidation utilisée jusqu’à l’excès par certaines élites mondialisées juives et plus spécifiquement par les lobbies pro-israéliens ».

Le 9 mai 2019, la cour d’appel de Paris le relaxe avec Alain Soral pour des caricatures antisémites publiées sur Égalité & Réconciliation : la cour estime que ces dessins ne contenaient pas l’« exhortation explicite » ou « implicite » à la haine nécessaires, selon un arrêt du 7 juin 2017 de la Cour de cassation, pour caractériser le délit de provocation à la haine raciale

 

 

IL A RÉPONDU AINSI À CETTE QUESTION :

« Qu’est-ce que les Français pensent de l’affaire Charlie Hebdo ? De nombreuses personnes affirment qu’il s’agirait d’une mise en scène, ou que tout du moins, on a laissé cet attentat se produire. Qu’en pensez-vous, personnellement ? »

Zéon : « Pour l’instant, une vague d’émotion pèse sur le débat public, mais cela ne peut pas durer éternellement, et la réflexion rationnelle va refaire surface… ”Vous pouvez tromper quelques personnes une fois, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps !”. Concernant l’attentat contre Charlie Hebdo, je ne suis pas un spécialiste, mais à mon avis, ce genre d’attentats terroristes est le plus souvent supervisé et contrôlé par les services secrets. Ce sont les seuls à disposer des moyens et de la logistique nécessaires pour faire en sorte que ces opérations aboutissent. Il y a de nombreux exemples, comme les attentats du 11-Septembre, ou ceux de Toulouse, de Montauban… Ils infiltrent des groupes radicaux, puis détectent et manipulent selon leurs besoins les plus fanatiques d’entre eux pour commettre ces actes de violence. Je crois que c’est ce qui s’est produit dans l’affaire Charlie Hebdo ».

Source : « Entretien avec Zéon », dessinateur dissident, Alter Info, 16 mars 2015.

 

(Dernière mise à jour le 10/05/2019)