Tout commence par une publicité, où une jeune femme voilée fait la promotion d’une carte téléphonique prépayée vendue par la société BuzzMobile. Certains se sont offusqués de ce que l’islam soit représenté par une femme voilée, confortant par là des préjugés anti-musulmans.

Mais, pour d’autres, le scandale n’est pas là. Il est dans le fait que Buzz est une filiale de SFR. Or, on sait que l’homme d’affaires Patrick Drahi est en train de racheter SFR. Donc, vous l’avez compris, c’est un coup des J… pardon, des sionistes.

Le conspirationniste Hicham Hamza, familier de ce genre de dénonciation, clame sa colère : « Destinée aux consommateurs d’origine maghrébine, une nouvelle offre de téléphonie mobile est pilotée par le groupe SFR, propriété du milliardaire et "sioniste" autoproclamé Patrick Drahi ».

Cet article est aussitôt repris, comme d’habitude, par l’extrême droite antisém… pardon, "antisioniste". On le trouve chez Alain Soral, sur le site de l’illustrateur dieudonniste Joe Le Corbeau ou encore ici.

Le rachat de SFR par Altice, la société que contrôle Drahi, n’est pas encore finalisé. Mais, pour quelques fanatiques, SFR est déjà une entreprise j… pardon, sioniste, et par conséquent BuzzMobile l’est aussi. Voilà pourquoi une femme voilée fait la promo d’une carte téléphonique.

Le complot sioniste est, décidément, tout-puissant.