Le succès actuel des théories du complot, en cette période de crise économique et de repli nationaliste, est un phénomène inquiétant à observer avec l’oeil du sociologue ou de l’historien, un spectacle navrant pour l’humaniste. Au cœur du système de pensée conspirationniste se trouve le "juif", désormais peu habilement dissimulé sous la figure du "sioniste", un manipulateur prêt à tout pour dominer le monde (mais il y a aussi le franc-maçon, l’homosexuel, etc…).

Refusant de prendre en compte la complexité des situations historiques et sociales, lesdites théories se caractérisent par d’étranges causalités. Absolument rien, aucune preuve sociologique digne de ce nom, ne permettra de les étayer, si ce n’est par la force de la conviction de ceux qui croient au complot. (…)

Lire la suite sur le site du HuffingtonPost.

L’auteur :
David Berliner est anthropologue au Laboratoire d’Anthropologie des Mondes contemporains et professeur à I’Université Libre de Bruxelles (ULB).