Créé en 2011 par Vincent Vauclin, ce groupuscule d’extrême droite se définit comme « le mouvement de la reconquête » avec un projet de « Révolution Conservatrice ». Il se définit comme un« mouvement véritablement novateur, jeune, viral et efficace » opposé au « mondialisme ».

Sa charte pose explicitement ses principaux points d’ancrage et combats idéologiques. Le point 3 positionne la Dissidence Française (DF) « contre la république des partis, des loges et des lobbies » ; le 4 « contre l’idéologie cosmopolite et la stratégie globaliste de dissolution des races et des nations, la Dissidence Française s’oppose à l’immigration de masse, au libre-échange, et milite pour la restauration urgente des frontières nationales. Fidèles à la doctrine du sang et du sol, nous défendons le droit pour chaque peuple de disposer de sa terre, nous combattons l’ingérence étrangère et le suprémacisme racial sous toutes ses formes ».

Introduit en 2016, son emblème, le fer de lance, incarne son « dynamisme », son « ambition avant-gardiste et futuriste ». L’éclair supérieur, comme l’avance DF, représente la « doctrine, nos principes, tandis que l’éclair inférieur symbolise l’action et l’engagement : de leur conjonction s’esquisse une droite direction, un cap et une dynamique, rappelant ainsi la démarche de rupture de la Dissidence Française et notre volonté de concilier l’activisme de terrain et la formation doctrinale ».

Antimaçonnique, contre le mariage homosexuel, antimondialiste, pour la préférence nationale, la DF est à l’origine d’une campagne nationale pour la remigration.

Dans un communiqué daté du 4 octobre 2018, la DF annonce devenir un parti politique, le nouveau parti de la reconquête nationale, sociale et identitaire.

 

(Dernière mise à jour : 12/04/2019)